thai friendly thai love links



«

»

juin 18 2012

Imprimer ceci Article

Filles, flics, descentes… La police à Bangkok

Filles, Flics, Descentes… La police à Bangkok

 

bangkok red light districtAujourd’hui, histoire de changer un peu, j’ai choisi de revenir sur quelques anecdotes qui sont toutes de près ou de loin liées à la police.

Au programme : descente de flics dans un gogo bar, les mineures dans les gogo bars, descentes de flics dans les boites de nuit à farang.

Également quelques anecdotes sur la weed en Thaïlande, et pour finir, les contrôles abusifs pour délit de sale gueule et les amendes les plus courantes, notamment pour les jetés de mégots par terre et le non-port du casque en scooter / motorbike.

 

 

 

Descente de flics à l’Erotica Gogo Bar

 

Début de soirée classique à Nana Plaza, après deux trois bières au Big Dogs je monte à l’Erotica Gogo Bar. Quelques bières plus tard, je commence à avoir une petite chauffe. La mamasan rentre précipitamment dans le bar, parle vite fait aux danseuses, et je remarque que la #4 descend de la scène, enfile une robe, et se dirige vers la sortie. Elle est suivie par deux trois autres danseuses. Dans la minute qui suit, le son s’arrête, les lumières s’allument, et la police rentre dans le gogo bar (here come the men in brown!). Surpris, et bourré, je me demande un peu ce qu’il se passe, tout en continuant à fumer ma clope sans m’inquiéter. Un serveuse arrive en catastrophe devant moi et me demande de l’éteindre pour qu’elle puisse ramasser le cendrier, sinon c’est amende pour moi, et amende encore plus méchante pour le bar, vu qu’en théorie les gogo bars sont non fumeurs.

Les flics sont venus équipés d’appareils photos et de caméras. Déjà que je n’aime pas qu’on me prenne en photo, alors je vous laisse imaginer la scène dans un gogo bar par un képi photographe… Mais ils sont également venus équipés de matériel médical. Par matériel médical, j’entends des espèces de trucs qui ressemblent à des tests de grossesse, et sur lesquels les filles doivent aller pisser. Je questionne les serveuses à propos du but de cette descente, et elles me répondent que les flics sont venus contrôler si les filles sont clean et ne prennent pas de drogues. Rien à voir avec un quelconque dépistage de MST/IST, c’est simplement la police en action contre le yabba. Et là je repense aux filles qui sont subitement descendues de la scène juste avant l’arrivée de la police, au moins maintenant je sais quelles filles sont susceptibles d’être des camées. Mais si ça se trouve elles ne font que fumer des spliffs en rentrant du boulot ou avant de dormir, rien de grave à vrai dire, mais ici la police met tout le monde dans le même sac, et surtout dans la même cellule ! Et ce même pour simple consommation, je tiens à le rappeler à tous ceux qui ne se voient pas capables de tenir deux semaines sans bédave, ça peut faire très mal.

Donc voilà la scène se passe, les flics prennent de multiples photos et vidéos de l’intérieur du gogo bar (du coup j’ai ma tête dans les archives d’un dossier au fond d’un tiroir d’un commissariat de Bangkok !) pendant que les filles vont chacune à leur tour aux toilettes pour se livrer au test. Dans mon cerveau torturé je me dis que c’est vraiment à l’aise de passer leur test : il suffit qu’une fille clean aille aux toilettes en premier pour remplir un bon bocal d’urine, et toutes les autres n’ont plus qu’à tremper leurs tests dedans. Mais bon eux ils font ça encore moins subtil, ils demandent simplement aux filles à problèmes de sortir du bar pour qu’elles échappent au contrôle.

Puis la police pose quelques questions à la mamasan, juste devant moi, histoire que je n’en perde pas une miette :

_ Toutes vos filles sont là ce soir ?

_ Oui oui, à part une qui est malade. (myhto n°1)

_ Et toutes vos filles sont majeures ?

_ Oui bien sûr. (myhto n°2)

_ Quel âge a la plus jeune ?

_ 22 ans (myhto n°3)

Pas évident de rester sérieux en entendant des conneries pareil… Non toutes les filles ne sont pas là : il y en a qui sont avec des clients, il y en a qui se sont fait la malle pour esquiver le test. Non toutes le filles ne sont pas majeures, la plus jeune a 17 ans. Et il y en a plusieurs qui font assez jeunes, genre 18-20 ans.

Pour en revenir à la première question, j’étais étonné que les condés n’aient même pas jeté un œil au tableau. « Hè mais quel tableau ? » se demande alors le lecteur néophyte… Le tableau qu’il y a dans tous les gogo bars, plus ou moins visible et généralement à côté de la caisse, où sont inscrits les numéros des filles et si elles sont présentes, absentes, ou barfinées

Concernant le deuxième question, celle à propos des filles mineures, j’ai déjà eu l’occasion de discuter avec une gogo danseuse de 15 ans qui bosse sur Soi Cowboy (ne comptez pas sur moi pour vous filer l’adresse). C’est la petite sœur d’une bonne copine à moi, qui est également gogo danseuse dans ce même bar. Enfin « petite sœur »… toutes les filles de bar sont sœurs à les écouter parler, la plupart du temps elles sont juste de bonnes copines. Ma copine m’a donc présenté à sa « petite sœur », et je vous propose la retranscription d’une partie de notre discussion.

 

Aüm, 15 ans, gogo danseuse à Soi Cowboy

 

Aüm (ce n’est pas son vrai nom) a un visage d’enfant. Elle a les cheveux courts, au carré, comme les écolières que l’on peut voir se balader la journée avec leurs tenues de collégiennes. Mais Aüm ne vas pas à l’école. Elle doit faire de l’argent pour subvenir aux besoins de ses parents et de ses deux frères alcooliques sans emplois mais avec gamins. On aurait du mal à faire plus cliché. Voici une traduction en français d’une partie de notre discussion qui s’est déroulée en thaï, en anglais, et en thaï-glish.

_ Alors comme ça t’es la petite sœur de Noï?

_ On n’est pas vraiment sœurs, en fait on vient du même village en Issan, mais elle prend soin de moi comme si j’étais sa petite sœur.

_ T’inquiètes pas, je connais la chanson… Mais dis-moi, si tu as 15 ans, tu danses seulement, non ?

_ Comment ça ?

_ Ben tu danses, et puis c’est tout, non ? Tu pars pas avec des clients quand même ?

_ Ben si !

_ Mais… et les clients… tu leur dis que tu as quel age ?

_ Ben 15 ans !

_ Et ça les fait pas flipper ? Ils partent pas en courant quand tu annonces ton age ?

_ Haha ! Les farangs, si ! Mais pas les asiatiques…

_ Ah ces japonais, irrécupérables ma parole !

_ Oui des japonais surtout, mais aussi beaucoup de coréens et de chinois.

_ Mais t’as jamais eu d’emmerdes avec la police ?

_ Moi je n’ai jamais eu de problèmes avec la police. Lorsqu’ils font une descente sur Cowboy, la mamasan me demande d’aller me cacher à l’étage.

_ Et dans les hôtels ? Ils demandent ta carte d’identité non ?

_ Les Short Time Hotels ne demandent presque jamais les cartes d’identité… et puis sinon on peut aller a l’étage du bar.

_ Pourquoi ? Il y a une Short Time Room au dessus du bar ?

_ Non, pas vraiment une Short Time Room. C’est là où on dort avec d’autres filles du bar : il y a quelques nattes et des matelas. Et quand la police tourne, la mamasan préfère qu’on monte directement à l’étage.

_ Putain c’est glauque.

_ C’est pour éviter les problèmes. L’année dernière le bar a eu des soucis avec la police.

_ Ah bah quand même ! J’espère bien qu’ils les enferment de temps en temps ces pervers pédophiles asiatiques !

_ Raté, c’était un farang. Il était vraiment alcoolisé, et voulait partir avec la plus jeune du bar, qui avait 14 ans.

_ Pfff 14 ans !? Mais on arrête pas le progrès chez vous !

_ La mamasan lui dit ok, mais qu’il faut aller à l’étage, et qu’il ne pouvait pas la ramener à son hôtel. Le farang s’est limite énervé, et disait qu’il la voulait pour un Long Time à son hôtel, pas pour un Short Time dans une piaule pourrie.

_ J’imagine bien la suite…

_ La mamasan l’a prévenu qu’à son hôtel il aurait des emmerdes, qu’ils allaient checker la carte d’identité de la fille, et qu’au mieux ils ne la laisseraient pas monter, au pire ils appelleraient la police.

_ Option numéro deux j’espère ?

_ Effectivement, option numéro deux : après s’être embrouillé avec les réceptionnistes de l’hôtel, il est monté dans sa chambre avec la fille… et quelques minutes plus tard, des flics les ont rejoints !

_ Bien fait pour sa sale gueule de pointeur, j’espère qu’ils l’ont bien fracassé en zonzon.

_ Tu parles… Je sais même pas s’il est parti en prison. Je ne connais pas la fin de l’histoire pour lui, mais si ça se trouve il a réussi à acheter le silence des flics.

_ Ça m’étonnerait quand même. Quand tu vois que les flics demandent jusqu’à 50.000THB de pot de vin pour passer l’éponge sur un flagrant délit de fumage de joint à Bangkok, j’ose même pas imaginer combien ils peuvent demander pour une affaire de détournement de mineure.

_ Je ne sais pas, mais en tout cas si ces flics étaient corruptibles, il a dû raquer un max. Le truc qui est dur pour le bar, c’est qu’en cas de contrôle et de présence de fille mineure, la police ferme l’établissement pendant un mois.

_ Quoi ?! Mais elles sont trop bidons vos lois… Franchement un mois c’est rien. En France ça serait fermé tout court, avec passage par la case prison pour tout le monde !

_ Peut-être, mais un mois ça représente tout de même un gros manque-à-gagner.

_ Ok, on n’est vraiment pas sur la même longueur d’ondes, mai pen rai.

En quittant le bar j’avais de sales images en tête, chaque mec que je croisais me semblait avoir une tête de pointeur et je l’imaginais en train de barfiner la pauvre Aüm. Depuis, je ne retourne plus dans ce gogo bar, ça me ferait trop bizarre de la voir avec un client, même s’il ne faisait que lui payer un verre… Je ne sais pas si ça me ferait uniquement mal au cœur, ou si je m’énerverai pour aller lui taper l’embrouille en l’affichant bien devant tout le monde. Au fond je préfère continuer de ne pas savoir, et du coup j’ai fait une croix sur ce bar. Et en parlant de taper l’embrouille, je l’ai déjà fait une fois avec un gros con qui se tapait une de mes meilleures copines en lui manquant totalement de respect. Ok, les filles travaillent, ok, ce sont des prostituées, mais ça ne vous dispense pas de les respecter.

 

Les descentes de flics dans les boîtes de nuit pour farang

 

Bon, après le récit pas super gai de ma conversation avec Aüm, je termine sur des sujets moins graves. Mais avec ça je sens que je vais rendre tous les fonsdés paranos. Ça n’arrive pas souvent, peut-être deux ou trois fois par an je crois, mais les flics décident parfois de faire des descentes dans les boites de nuit orientées vers une clientèle de farangs, comme le Climax par exemple. Une fois dedans c’est même concept que la descente à l’Erotica : chacun à le droit à son petit test d’urine pour checker la présence de drogues. Flippant, non ?

 

Les contrôles abusifs au faciès (délit de sale gueule de farang)

 

Hé oui ça arrive partout, aux quatre coins du monde! Ça c’est bien calmé pour moi de ce côté là, mais au début lorsque je me suis installé ici il m’est arrivé de me faire contrôler jusqu’à trois fois dans la même semaine. Au programme : vérification du passeport et du visa, palpation, vérification du paquet de cigarettes… Il faut savoir que pas mal de thaïs ne roulent pas des joints à la french touch, mais vident des clopes pour ensuite les re-remplir avec leur mix de weed et de tabac. Donc le gentil policier a sorti une par une mes cigarettes pour les renifler ! Plus tard j’ai compris qu’en enlevant ma tenue de wesh wesh survêt’, casquette, sac banane en bandoulière, je me faisais contrôler beaucoup plus rarement.

 

Mon collègue portugais et ses 200 baths de weed

 

J’ai rencontré un portugais un soir dans un bar. J’étais content d’être en weekend, il était dégoûté de sa journée. Il avait chopé pour 200 baths d’herbe dans l’après-midi avec un vendeur de rue sur Kao San Road, et rangé son sachet dans son sac banane. Il a eu le temps de marcher environ une centaine de mètres, et bam, sortis de nulle part, deux flics qui l’interpellent avec un grand sourire. Il y a une certaine foule sur Kao San l’après-midi, et comme par hasard les képis surgissent pour le fouiller. Ils ne perdent pas de temps, lui ouvrent son sac banane, et trouvent leur butin. Ils ont été directs en lui proposant un deal sans tourner autour du pot :

_ 20.000 baths pour moi, et 20.000 baths pour lui, et c’est bon on n’a rien vu rien entendu. Ou sinon on te ramène au poste… et là, c’est big problem !

_ Je n’ai pas 40.000 baths sur moi, je ne suis même pas sûr de les avoir sur mon compte…

_ On n’est pas ouverts aux négociations, on t’accompagne au distributeur et ensuite on avisera…

Voilà comment transformer 5€ de beuh en 1.000€ de carotte. C’est pourtant connu, la plupart des mecs qui vendent vont vous balancer aux flics ! Parfois ils travaillent presque ensembles, comme ça devait être le cas pour mon pote portugais. Les flics devaient être à un endroit stratégique d’où ils pouvaient tout voir, et après ils n’ont plus qu’à choper les mecs quelques mètres plus loin. Sur toute une après-midi ils doivent se faire un sacré paquet de maille quand j’y pense!

 

Interlude Police de Phuket : Le Reggae Bar de Patong Beach

 

J’ai rencontré un suédois à Patong pendant que je squattais sur Phuket, un mec d’environ la quarantaine et touriste de longue date. Ça faisait un an qu’il se baladait en Thaïlande, et c’était un gros fumeur. Je lui dit que moi aussi en France j’étais un gros fumeur, mais qu’ici j’ai arrêté et que maintenant je ne fume que des clopes et des chichas.

_ Mais t’es con, c’est trop facile de fumer ici!

_ Ouais, et trop facile de se faire serrer aussi, et de finir en prison…

_ Mais non, je vais t’emmener dans un bar tu vas voir, rien à craindre : le frère du patron du bar est dans la police…

Méfiant, je me remémore tout ce que j’avais pu lire sur le net, sur les farangs qui essayent d’embrouiller d’autres farangs pour parfois se sortir de leurs problèmes avec les flics… Et puis les bières passent, et puis j’oublie toutes les informations longuement récoltées avant mon expatriation. Je pars donc avec le gars dans le fameux bar, non loin de la Bangla Road. En arrivant, l’ambiance ne laisse planer aucun doute : du gros reggae et une odeur de weed qui embaume jusque dans le rue. Mon nouveau collègue arrive en fin connaisseur, salue le boss et la serveuse, puis commande deux bières pour nous et interpelle la serveuse :

_ I want to buy you a drink.

_ Mais tu fais quoi là? Si tu veux lui acheter à boire, c’est déjà fait, t’as commandé deux bières. Et si tu veux lui payer un verre, alors là je capte pas ce qui te plait chez elle…

_ Haha, ces jeunes ! C’est juste le code… Si tu lui dis « I want to buy you a drink », elle te roule un gros joint d’herbe.

_ Ah ouais c’est bon ça.

Au bout de deux lattes mes yeux avaient faits tilt, et deux autres lattes plus tard j’étais en mode slow motion 16/9ième. Faites ce que je dis, pas ce que je fais, hein : la drogue (même douce) est à éviter absolument en Thaïlande. Mais bon moi j’étais bourré. Je me rappelle avoir parlé avec le boss, toujours avec mes questions de mec trop curieux :

_ Alors comme ça ton frère est flic ?

_ Ouais, c’est pratique hein ? Dès fois ils passent dire bonjour, les clients paniquent alors qu’il n’y a aucune raison !

_ Mais c’est quand même dingue qu’ils laissent passer ça, juste parce que t’es le frère d’un flic.

_ Hum, mais je ne suis pas juste le frère d’un flic… Je paye la police… Et je paye la mafia aussi !

_ Ah d’accord, le business c’est une grande famille. Et ils passent souvent les mafieux?

_ Seulement pour prendre l’argent, ou sinon quand je les appelle.

_ Quand tu les appelles ? Comment ça ? Et pourquoi faire ?

_ Dès fois des gens veulent faire des problèmes dans mon bar. Dans ce cas j’appelle soit la police, soit la mafia, mais une chose est sûre : après le coup de fil, le problème disparait.

Pour l’anecdote, le suédois s’était fait contrôler sur Koh Samui par deux flics, sympas, qui lui ont juste réclamé 5.000 baths chacun pour oublier qu’il était en flagrant délit de fumage de joint. Il a payé cash les 10.000 baths, et ils sont repartis en le laissant finir son spliff tranquillement. C’est juste une anecdote, je n’incite personne à le faire et je n’essaye pas de dédramatiser le truc. Bientôt je vous balancerais des reportages sur les gens qui se font serrer avec de la drogue en Thaïlande, vous ferez moins les malins !

 

Les amendes pour le jeter de mégot par terre

 

C’est moins grave, et plus négociable, mais sachez que si vous jetez votre mégot par terre vous êtes passibles d’une amende de 2.000 baths. Sur Sukhumvit, les flics ont tendance à avoir les fumeurs à l’œil, et poussent parfois même le vice jusqu’à les suivre en attendant la faute ! Cependant, la plupart du temps ils auront le flemme de remplir les papiers pour l’amende (en trois exemplaires si je me rappelle bien). S’ils vous demandent les 2.000 baths, exigez un reçu pour le paiement, il y a des chances pour que ça tourne en arrangement à l’amiable. Un collègue s’était fait griller du côté de Siam Paragon pour avoir balancé son mégot par terre, les flics lui ont demandé 500 baths chacun, donc 1.000 au lieu de 2.000, c’est toujours ça de pris.

 

Les amendes pour non port du casque à scooter

 

C’est arrivé à un collègue sur Hua Hin, qui s’était fait arrêter parce qu’il conduisait son scooter sans casque :

_ L’amende pour rouler sans casque est de 400 baths, vous avez de quoi payer ?

_ 400 baths ?! Je croyais que c’était 200 baths…

_ Ah, euh, ouais, mais en fait non… Enfin bon, bref, circulez !

:D

 

N’hésitez pas à commenter l’article si vous avez eu des expériences (bonnes ou mauvaises) avec la police sur Bangkok ou ailleurs en Thaïlande. Je suis notamment intéressé par vos réactions si vous avez eu des amendes, histoire de voir à combien vous vous en êtes tirés!

 

Si t'as aimé... fais tourner !

A propos de l'auteur

Sly Nakrap

Sly, aka Seulaï (สไล), est expatrié en Thaïlande et habite à Bangkok. Tout comme Bernie Noël il a 29 ans mais bientôt 32. Et tout comme Alain Delon, il aime bien parler de lui à la troisième personne, parce que ça fait genre c'est quelqu'un d'autre qui écrit ce texte pour parler de lui. Également connu sous les pseudonymes de Slylock Holmes et Anakin Slywalker, Sly aime bien raconter sa vie dans ses Chroniques, mais il ne le fait pas souvent car il a la flemme.

Lien Permanent pour cet article : http://www.buttersly.com/2012/06/18/filles-flics-descentes-police-bangkok-thailande/

21 commentaires

  1. Nico

    Y a juste un truc qui me fait flipper quand je vois tous ces flics pourris… C’est que certains d’autre eux t’arrêtent alors que tu n’es même pas en possession de drogue, t’en glisses discrètement dans ta poche lors d’une fouille pour ensuite te demander un bon gros pot de vin ! 

    Possible ? 

    Sinon, j’ai déjà vu un reportage sur deux Afro-Américaines qui passent de la drogue en Thaïlande et se font choper et le film « Bangkok, aller simple » est très bien sûr le sujet également. 

    1. Sly

      Je ne pense pas qu’ils pousseraient le vice jusque là… Généralement ils te demandent de vider tes poches, et ensuite c’est palpation. Donc pas vraiment moyen qu’ils t’en mettent dans les poches. Mais bon cet article c’est juste un condensé d’anecdotes, je connais des mecs qui sont là depuis un an et qui n’ont jamais vu un seul contrôle de police.

      Et théoriquement tu as le droit de refuser la fouille au corps, mais bon tu t’exposes à te faire embarquer et fouiller au poste. Et puis généralement les locaux savent quand ça va contrôler massivement, comme par exemple il y a un mois environ, un chauffeur de taxi s’était fait buter à Sukhumvit lors d’un deal qui avait mal tourné : ce weekend là je me suis fait contrôler deux fois.

      Dans le courant du même mois, un touriste s’est fait poignarder dans sa chambre d’hôtel par un ladyboy. Le mec l’avait rencontré en boite je crois, puis ils étaient partis à son hôtel. Ensuite ils ont fait leur petite affaire, et le trav’ lui demande 5.000 baths. Le mec a refusé de payer vu qu’ils ne s’étaient pas mis d’accord au préalable sur le fait que leurs galipettes seraient tarifées… Mauvaise idée.

      La semaine d’après, un autre touriste s’est aussi fait planter par un ladyboy à l’entrée de Nana Plaza. Schéma classique : le mec passe devant les ladyboys et se prend une main au paquet. Jusqu’ici tout va bien, rien d’anormal, mais le mec décide de s’énerver. S’en suit une mini-altercation verbale, puis il trace sa route. Il se fait rattraper par le ladyboy qui le chope par l’épaule, le mec se retourne pour lui faire face et bam il se prend un coup de lame dans le ventre.

      Enfin bon, pas de quoi s’affoler, ce genre d’histoires ça arrive aux quatre coins du monde. A Bangkok si tu te tiens bien, que t’es pas un pigeon en puissance et que tu respectes les locaux, il y a peu de chances qu’il t’arrive quoi que ce soit. Mais je pense qu’inconsciemment ces histoires et tous ces contrôles récemment m’ont donné l’idée d’écrire cet article!

      Sinon « Bangkok, aller simple » je ne l’ai pas vu. Il faut que j’uploade sur ma chaine youtube quelque reportages sympas, notamment la série des « big trouble in thailand », qui aurait aussi pu s’intituler « des anglais qui cherchent la merde en Thaïlande et qui finissent forcément par la trouver »…

      1. Nico

        Ça a l’air bien Big Trouble in Thailand, mais je ne trouve rien en sous-titre fr, dommage pour moi. 

        Par contre, toi, tu es chanceux, Bkk Aller Simple est dispo en streaming ici : http://www.tagtele.com/videos/voir/68122 
        Pour combien de temps, je ne sais pas. :)

        Concernant la floppée d’anecdotes racontées, c’est dans la lignée de tes billets, toujours super intéressant ! ^_^ 

      2. soapy

        salut

        moi sa fait 5 ans, bientôt 6 que je vie ici
        jamais de contrôle, jamais de problème jamais la moindre amende, jamais le moindre vol

        j’ai un petit commerce avec ma femme(thaï), jamais payer la police ou mafia
        bien entendu je suis pas déclaré et je travaille …
        j’ai un commissariat efface de chez moi
        aucun problème avec la police; des gas super sympa

        sortais des zone a touriste

        j’entend toujours : Sukum, nana coboy, silom kao san patong etc etc

        habiter loin de ces endroit c’est habiter loin des problème …

  2. PoolMan

    Ah ouais putain les flics quelle plaie… Moi j’ai repéré tous les endroits où ils planquent à Hua Hin et du coup je me suis fait des itinéraires d’esquive :D Depuis plus de soucis. En tout cas bon article une fois de plus ;)

  3. Yop

    rigolo cette histoire sur les mégots de cigarettes, car je me suis fais arrêter aujourd’hui même!
    le policier m’a fait la leçon et m’a demande de payer une amende de 2000 baths…
    je lui ai dit que je ne les avais pas sur moi, et que je ne savais pas qu’il était interdit de jeter ses mégots par terre, preuve en est qu’il y en a partout dans la rue…
    j’ai fait un peu l’idiot en demandant ce que je pouvais faire de mes mégots etc, et le policier fini par me demander combien je peux payer.
    j’avais un billet de 500 baths dans la poche, et j’ai pousse le vice en lui disant que j’avais besoin de garder 300 pour payer le taxi.
    finalement je m’en tire avec 200 baths d’amende… avec un reçu (je ne suis pas sur que cela suffise pour m’assurer que ces 200 baths n’ont pas fini dans la poche de ces policiers, mais au moins, cela me fera un souvenir original de la thailande ha ha)…
    j’imagine qu’il m’a pris en sympathie car je n’ai pas nie, suis reste très courtois, un peu de leche-bottisme et surtout, je ne savais pas monsieur l’agent, mais maintenant je le sais car vous me le dites monsieur l’agent…

    ps : tip top ton blog buttersly

  4. Yop

    ah oui, et concernant la weed, il m’est aussi arrive un drôle de truc. j’étais a chiang mai, et je rentre a l’hôtel avec une gogo (sublime au passage…). avant de rentrer, elle me dit qu’elle a un truc a faire mais qu’elle revient tout de suite après, moi ayant déjà paye le barfine, j’ai senti l’arnaque arriver comme un gros camion de pompier et lui ai dit que je n’étais pas ok…
    finalement, elle me propose de l’accompagner, ce que je fais. la elle rencontre un type et s’en vont dans un coin de rue, moi je l’attends a son scoot. elle revient 5 mn après et me demande si je fume. pas très observatrice je me dis – j’avais une clope a la main a ce moment. non me dit-elle, est-ce que tu fumes autre chose? ahhhh bah oui aussi et la elle me tend un petit paquet enveloppe de papier – grosse erreur, je transport sa weed, mais bon l’alcool n’aide pas non plus quoi… on rentre a l’hôtel et on fume un joint, bizarre la façon de les faire – comme tu dis elle a bourre une clope avec le mix.
    joint fume, elle me dit qu’elle veut m’en donner – je lui dis non garde-le pour toi et surtout, je pourrais avoir de problèmes avec ça (comparable a la chine j’imagine… la-bas on peut encourir la peine capitale pour trafic de drogue). who will know me dit-elle? heu…quand on est parano… bah tout le monde ! 
    finalement je dis ok et on passe aux choses sérieuses.
    le lendemain, fille partie et après 10 bonne minutes de réflexion, je décide de jeter la weed (première fois et j’espère la dernière fois de ma vie que je jette de la weed a la poubelle) – trop con peut-etre, mais trop peur de me faire choper…

    tres bizarre cette fille d’ailleurs, elle a commence a me raconter des histoire comme quoi si je venais une fois par an a chiang mai, elle ne pouvait pas m’attendre, mais si je venait 2 fois par an, elle pouvait m’attendre (ndlr : cela faisait 2 heures qu’on se connaissait…). le lendemain matin elle me demande mon tel. surpris, je lui dis que l’email est plus pratique – non me dit-elle sèchement et est partie visiblement fâchée… pas bien compris, surtout qu’elle savait que je quittais chiang mai le jour même… restons naïf et disons qu’elle m’aimait bien ;)

    1. Nico

      Par fois, les Thaïlandaises semble avoir quelques sautes d’humeur incompréhensibles ! :-)  Faut demander à Sly de nous faire un billet là dessus !  

       
      Et pour la beuh, t’as carrément bien fait de t’en débarrasser ! 

  5. Sly

    @cdf08e65ea3bc9fb073c1deac874b5b0:disqus Merci pour le lien de « Bkk aller simple », je l’ai maté c’était sympa.
    J’ai aussi commencé à mater « Soi Cowboy », mais je me suis endormi
    devant… Ils sortent pas un mot pendant les 15 ou 20 premières minutes,
    zéro bande son, rien, j’ai pas tenu longtemps lol

    @4f3537acefef6658b66871b20809e5d1:disqus Sympa ton anecdote, enfin tes anecdotes. Chiang Mai j’ai jamais fait,
    faudra que j’aille voir ce qu’il s’y passe, vu que je pense que les
    filles seront plus à mon gout que les paysannes sur talons venues de
    l’Issan qui pullulent à Bangkok. Sinon 200 baths pour ton mégot
    franchement chapeau, c’est le minimum que j’ai entendu jusqu’à présent.

    @42500819300e4b222b58011d495a11cf:disqus Et oui comme partout il faut prendre soin de repérer les itinéraires Bison Bourré :D

    1. Nico

      Effectivement, j’ai aussi vu Soi Cowboy entre temps… on a vu mieux.

  6. pef

    Habitué a rouler vite (1000 R1) sans casque (faites pas pareil les jeunes c’est la mort au premier virage), sans permis et sur la file de gauche mais plus sur rayong/pattaya/jomtien/sattahip, j’ai remarqué que les jeunes flics refusent quasi systématiquement tes baht et veulent t’envoyer au police station (cette galère, laisser la bécane avec tes clefs au policier, trouver un mototaxi qui passent la course à 200 thb aller retour car il a bien vu que t’est en galère, et se taper 1 heures d’attente ).
    J’ai même déja proposé 2000 thb juste pour défaut de casque et de permis, avec l’aide de ma copine, de son sourire , de son décolleté et de ses na khaa, refus total !! Obliger d’aller payer 400 thb au police station

    Par contre avec les vieux toujours pas de problème mais faut négocier c’est des requins sinon :)

    De ce que j’ai vu aucun thai ne paye les amendes, ils ont tous un pote dans la police, qui a les tampons à domicile.
    Donc le policier copain il tamponne l’amende , ce qui permet de récup la moto, le coup de l’opération est a peut prêt 1/4, 1/2 du prix de l’amende initiale, ou parfois juste un flash de samsong, voir même gratuit si tu pleures un peu !

    Et pour la weed le tarif de base à kho phangan c’est 6000 thb si un policier, 10 000 thb pour deux .
    C’est un peu plus cher à samui.
    Par contre tous mes potes thai m’ont dit que fallait vraiment pas se faire choper à bkk ou pattaya. En province c’est un peu près le même prix qu’à phangan.
    Donc le mieux c’est de fumer dans les reggae bar ou dans certains tatto shop et de repartir les poches vides

    De toutes façons alors que je suis un gros bédaveur en france, la bas j’en éprouve aucunement le besoin, tellement les filles , les massages traditionnel et le samsong remplacent avantageusement la fumette :D

    1. Jipy

      D’accord avec toi sur le fait que pas besoin de fumer ici…
      Moi je suis belge donc tu peux imaginer :-)

    2. ludovicdu25

      Salut tout à fait d accord avec toi la bas pas besoin de splif ou autre juste le climat la bière le sable blanc et c chère demoiselle open et sa suffit d être au ciel lol et de toute façon sa fait 4 fois que je vais en Thaïlande et je supporte pas l herbe de la bas et à chaque fois c était la même (démonter de chez démonter et pourtant 20 ans que je fumais maintenant je me suis mis au gogo bar c meilleur pour la santée

  7. tom

    salut sly , vraiment sympa ton blog . juste une question , qu’elle est la peine encourue si il y as du thc dans les urine ? je ne vais pas fumer la bas mais en france … je vais en thailand dans quelques mois et ca me stress un peu , pas envie de finir en zonz …

    1. pef

      La peine sera la même que si t’en a dans les poches, et donc dépendra uniquement de ton compte en banque :D .
      Sinon ça reste que 2/3 jours max dans les urines, donc faut pas stresser.

  8. Didier

    Slt Sly.

    En effet le « Big Trouble in Thailande » c’est pas mal.
    Putain il sont forts ces roses beefs , ils cherchent vraiment en effet!

    A+ Didier

  9. Maxx

    En une belle matinée de brumeur, ma foi.
    J’étais ; sans le savoir mais t’inquiète, plus que 5 minute à attendre ; en mototbike en contresens à PAttaya dans la walking street, et là je vois un marchand de jus d’orange, je me dis un ptit « orange juice » pour commencer la journée, ça va me faire plaisir. Je repars, toujours bah en contre sens en fait, ah oui sans casque, et l’orange juice dans une main.

    Un policier surgit de nulle part, le stéréotype du flic thai souriant de corruption, un ressentie désagréable, la 50 aine. Un mec bien peut-être, pour qui le farang est un moyen. Le mec qui te fait une chinoiserie, il va t’enculer oui mais avec un franc sourire.
    1 Contrôle de permis internationale, c bon.
    2 Il me sort un papiers écrit en anglais, casque et sens inverse c 1000bath,  » you know police Station »
    3 Je joue mon rôle  » Soit cool mec, c’est le matin, je suis zen, gâche pas ma journée ma gueule, allez :)  »
    4 Il joue le sien  » ok c 500 bath, embellie la mienne $)
    5 Négo à 300bath qui échoue, je dit ok.
    6 IL donne mon permis au taximotobike, à qui je donne les 500, il me redonne mon permis.
    7 Je remonte sur ma moto, et là il me demande  » where you go ?  » avec le sourire. Je lui réponds en mode zen, « relax around ». En fait j’ai eu l’impression qu’il me sondait pour savoir si je pourrais aller à police station, soi 9. Pour manifester contre cette corruption, (je suis français).

    Petite question à Sly ?
    Me connaissant, si j’avais été mal luné ou autre, j’aurai été capable d’aller à soi 9 et de me plaindre. Mais bon !!
    - Je suis resté 3 mois à Pattaya.
    - J’avais déjà remarqué Mr le policier Thai attablé au Carroussel plusieurs fois, il a surement des amis à soi 9. FLic, ou autre. Solidaire sans aucun doute.
    - Un farang, Ohoo, il veut make pommepèms to polite. Oooooh !!
    J’ai suivi le conseil de Zazie.

    Et après tout, si tu ne veux pas te prendre un coup de couteau dans le dos, n’en donne pas, Maxx.
    Bonne analyse ?

  10. cannabistourist

    Bon article, la situation sur les tests d’urine empire de jours en jours…

  11. Nui

    Ca fait 6 ans que j’habite ici et j’ai du me faire arrêter 2 fois. La première fois, à 2 heures du matin, j’étais en voiture avec ma femme Thai. 4 flics ont passé un bon quart d’heure à fouiller la voiture, ont palpé ma femme, fouillé son sac, et moi je flippais car je n’avais pas mon passeport avec moi… Mais…. ils ne me l’ont pas demandé! et je n’ai pas été fouillé non plus d’ailleurs. La deuxième fois, à un barrage de police, je me fais arrêter alors que je circulais en vélo. Pareil on m’a demandé aucuns papier, Le flic m’a juste demandé si j’avais une petite amis et m’a beaucoup parlé de sa fille (j’en ai déduit qu’il cherchait à me la foutre dans les pattes)

  12. Jayjay

    Hello les gars,

    J’ai une question, je part a bangkok bientôt pour une plus ou moins longue période et je voulais savoir les risques si la police nous attrapes dans un gogo bar ou en boite lors d’une descente alors qu’on a 19 ans ?

    Merci de votre réponse

    1. cannabistourist

      Si t’as rien dans le sang et surtout dans les poches ils s’en branlent de ta vie même si t’as 12 ans car tu ne leur rapportera rien !

      Par contre moi 19 ans j’aime bien si tes une coquine, tu veux pas un guide local ?

      :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge


Email
Print
WP Socializer Aakash Web