thai friendly thai love links



«

»

juil 23 2012

Imprimer ceci Article

Cascade Gogo Bar (Ladyboy) – Nana Plaza, Bangkok

Il fut un temps où le Cascade Gogo Bar était un gogo bar tout ce qu’il y a de plus classique, avec des vraies filles dedans. Et puis un beau jour l’endroit a été envahi par des ladyboys, des madames de contrefaçon avec ou sans zizi.

Cascade Ladyboy AGogo Bangkok

Et oui... elles sont toutes nées avec un zizi... et la plupart l'ont toujours !

C’est où le Cascade Gogo Bar ?

Le Cascade Gogo Bar est situé au dernier étage de Nana Plaza. Facile à trouver, au dernier étage il n’y a que quatre gogo bars : le Billboard et le Las Vegas d’un côté, et le Cascade et le Carnival de l’autre. Il y a aussi trois short time hôtels à cet étage, au cas où vous tomberiez amoureux d’un ladyboy mais que vous n’ayez pas vraiment envie de vous promener main dans la main et de vous afficher trop avec !

 

L’intérieur du Cascade Gogo Bar

 Le Cascade Gogo Bar est un grand gogo bar avec des murs tout de cailloux vêtus. Ça s’appelle Cascade, mais ça ressemble plus à une grotte. C’est peut-être le rideau qui fait office de porte d’entrée qui est censé symboliser la chute d’eau, avec une caverne secrète dissimulée derrière la cascade en question… Enfin bon, bref, ils ont trippé sur les décors.

ladyboy cascade gogo bar

Une gogo danseuse ladyboy du Cascade Gogo Bar

 

Les ladyboys du Cascade Gogo Bar

Quand j’y suis allé, il y avait environ une trentaine voir une quarantaine de ladyboys sur la scène et aux alentours. Mais rien qui casse des pavés. Juste une ou deux qui étaient mignonnes et qui ressemblaient vraiment à des filles.

 

Les shows du Cascade Gogo Bar

Il paraît qu’il y a des shows qui démarreraient aux alentours de 22-23h au Cascade Gogo Bar. Je n’y ai été qu’une fois, je ne me rappelle plus de l’heure exacte, mais en tout cas je me rappelle que je n’y ai pas vu de show.

ladyboy show cascade gogo bar bangkok

Ah ben si en fait, apparemment ils ont vraiment des shows !

 

Les tarifs du Cascade Gogo Bar

Le bar fine est au standard de Nana Plaza, c’est-à-dire 600 THB. Les bières étaient à 135 THB et les ladyboy drinks à 150 THB si je me rappelle bien.

 

Ma dernière visite au Cascade Gogo Bar

Ce soir là on était quatre en expédition sur Nana Plaza. Après avoir vidé quelques bières à droite à gauche, on atterrit au Las Vegas Gogo Bar, quand un de mes collègues me demande :

_ T’as déjà été faire un tour au Cascade Gogo Bar ?

_ Non, les ladyboys c’est pas mon truc.

_ Ça te déranges si on y va vite fait ? On m’a dit que les ladyboys étaient canons là-bas. J’aimerais bien y aller par simple curiosité, juste pour jeter un coup d’œil avant de rentrer en France.

_ Ok pas de soucis, on est juste à côté, et ça me permettra d’écrire un article sur mon blog !

On décide donc d’emmener nos deux autres collègues, mais sans les prévenir, vu qu’au moins un des deux aurait catégoriquement refusé d’y mettre les pieds. À peine passé le pas de la porte du Cascade Gogo Bar, c’est l’agression, et ça me plaît pas des masses. Enfin bon, on s’assoit quand même. Mon pote anti-trav’ flaire l’embrouille direct :

_ Mais c’est quoi ce bar là ? Y’a que des katoys ici ou quoi ?

_ Ben non, pourquoi tu dis ça ? répondis-je d’une voix innocente.

_ Ben ouais, pourquoi tu dis ça ? rétorqua le quatrième larron.

À ce moment là je me dis qu’on va bien se marrer. Notre collègue, pourtant pas vraiment en ruth vu qu’il sort tout juste d’un short time avec une miss de l’Erotica, n’a pas encore démasqué les garçons-femmes avec leurs gestes pleins de charmes. Toujours en mode agression, un défilé de ladyboys vient nous réclamer des lady (boy) drinks. Heureusement pour moi, on est quatre sur la même banquette, et je ne suis pas sur l’extérieur. À ma droite il y a mon collègue qui voulait venir voir à quoi ressemblait le Cascade Gogo Bar. À l’autre bout de la banquette, sur ma gauche, notre collègue qui ne s’est encore rendu compte de rien. Les ladyboys insistent pour qu’on leur paye des verres. Je m’en sors en balançant deux/trois phrases en thaï du genre « j’ai déjà un copine », « je préfère les vraies filles », « j’ai pas d’argent ».

Sur la droite, ça reste ferme, ça craque pas : refus catégorique de céder un bout de banquette ou de payer un verre. Sur la gauche, c’est la catastrophe. Mes deux autres collègues ont chacun hérité d’un ladyboy sur leurs genoux et décident de payer des verres. Au passage, la mamasan essaye de se faire payer un verre en prétextant que mon collègue lui a dit oui, alors qu’en fait non. Elle revient sans verre, mais avec un verre en plus inclus dans l’addition… Après quelques explications et tentatives infructueuses de retournage de cerveau, elle retire finalement la boisson de la note.

Quelques minutes plus tard, le ladyboy assis sur les genoux de mon collègue de gauche finit par renverser son verre sur la banquette, et se fait envoyer promener lorsqu’elle en réclame un autre. Ok, on n’est maintenant plus que cinq sur la banquette. On est trois en mode solo, on se concerte discrètement pour voir si on prévient le quatrième que la fille qui est sur ses genoux n’est pas vraiment une fille. Après mûre réflexion, on se dit qu’on peut faire durer le suspense encore un peu. On en profite pour observer les fameux ladyboys du Cascade Gogo Bar, mais sur le grand nombre de danseuses, on en voit seulement deux qui sont mignonnes. Franchement déçus. On s’attendait à une brochette de Miss Tiffany, mais non, rien d’exceptionnel.

Pendant ce temps là, la « fille » monte à califourchon sur notre pote, retire son soutient-gorge, et cale la tête de sa victime entre ses seins siliconés. Sourire radieux sur le visage de l’intéressé, qui nous regarde avec les yeux qui pétillent, comme un enfant fier d’annoncer à son daron « Hè papa, regardes qu’est-ce que j’sais faire ! ». On essaye de ne pas trop rire, histoire de profiter du spectacle, mais on commence à avoir des espèces de fous rires nerveux à force de se retenir.  Au bout d’un moment, il commence à avoir des doutes et nous demande :

_ Hè mais vous êtes sûrs que c’est une fille ?

_ Ben, ouais ouais, pas de doutes. Au pire tu lui demandes pour voir.

Petit moment d’hésitation, et finalement il se lance :

_ Euh… you lady or ladyboy ?

_ I’m real lady da’ling, sure !

Un peu rassuré, il nous transmet la bonne nouvelle :

_ Ok c’est bon les gars, elle a dit lady.

_ Ok, cool. Au pire, si jamais tu commences à sentir un truc dur dans son string, c’est qu’elle déconnait !

Le ladyboy a bien compris que mon pote se pose des questions, et que nous sommes trois complices morts de rire à comprendre ce qu’il se passe. La tentatrice décide donc de reculer de deux banquettes histoire de se retrouver plus au calme avec notre collègue. Même schéma, on prend les mêmes et on recommence : califourchon/bisous/langue/tête dans les seins. Puis vient le moment fatidique, où notre collègue redescend nous voir et nous annonce :

_ Bon ben les gars, j’y retourne !

_ Heu… comment ça t’y retourne ?

_ Ben, j’y retourne quoi ! Genre bar fine, short time, etc…

_ Quoi quoi quoi !? Mais t’es pas sérieux là ?

_ Si si, elle m’a dit 600 le bar fine et 500 le short time ! À ce prix là tu m’étonnes que j’y retourne !

_ Bon euh… on t’as pas tout dit en fait… vas-y viens on vide les bières, on paye, on se casse et on t’explique dehors.

Bien évidemment on se fait un peu huer en quittant le Cascade Gogo Bar. Une fois dehors, on explique à notre collègue que ce bar là n’emploie que des ladyboys. Un peu surpris, mais pas rancunier, il prend la nouvelle très sereinement en se disant qu’il aura au moins découvert quelque chose de nouveau…

cascade gogo bar

 

Recherches Google qui ont permis de trouver cet article :

Si t'as aimé... fais tourner !

A propos de l'auteur

Sly Nakrap

Sly, aka Seulaï (สไล), est expatrié en Thaïlande et habite à Bangkok. Tout comme Bernie Noël il a 29 ans mais bientôt 32. Et tout comme Alain Delon, il aime bien parler de lui à la troisième personne, parce que ça fait genre c'est quelqu'un d'autre qui écrit ce texte pour parler de lui. Également connu sous les pseudonymes de Slylock Holmes et Anakin Slywalker, Sly aime bien raconter sa vie dans ses Chroniques, mais il ne le fait pas souvent car il a la flemme.

Lien Permanent pour cet article : http://www.buttersly.com/2012/07/23/cascade-gogo-bar-ladyboy-nana-plaza/

12 commentaires

  1. Joe

    Salut SLY,

    toujours agréable de te lire !
    Ton pote là, qui n’a rien capté, c’est pas possible: il devait avoir 3 grammes dans chaque bras parce que que devant le rideau devant l’entrée, il y a toujours 2 ou 3 spécimens bien reconnaissables et qui ne nécessitent aucunement de faire ton test (dans lequel je me suis bien sûr fait avoir, mais pas tant que ça). Ou alors il avait abusé de substances prohibées, je n’ose penser que tu traînes avec des gars au QI d’huître, non ?

    Ensuite et pour y aller occasionnellement (en groupe et si possible avec des filles: c’est quand même plus facile pour en ressortir indemne), je te trouve bien difficile avec tes « seulement » 2 ou 3 Miss Tiffany, à moins d’avoir eu de la malchance ou de faire un blocage: sur les 40 créatures, il y en a à mon avis plutôt une bonne demi-douzaine de jolies « canons à s’y méprendre », plus une dizaine d’adeptes du tuning, et effectivement 15 à 20 qui sont soit à faire peur, soit des mecs en bikini et talons.
    Tu es donc un peu dur, c’est pas bien gentil tout ça !

    Allez, continues à me faire rire !!!

    1. Sly

      Merci pour ton commentaire, c’est toujours bon de savoir que je suis pas tout seul à rigoler des conneries que je raconte sur mon blog :D

      Sinon mon collègue il était pas spécialement bourré, rien d’illicite dans le sang, mais il avait tendance à avoir du mal à dire non… Quand on est entré il y avait juste une « créature » à l’entrée qui nous a dit un truc genre hey sexy men welcome inside avec une voix de Dark Vador, là je me suis dit qu’ils allaient griller direct et vouloir faire demi-tour, mais non, c’est passé nickel!

      Effectivement je crois que je fais un blocage sur les ladyboys, et peut-être aussi que ça avait barfiné sévère et que la crème de la crème vaquait déjà à des activités extra-curriculaires. Par contre oui les ladyboys qui font flipper ceux-là je m’en rappelle bien! J’y retournerai à l’occasion pour me refaire une idée, sûrement la prochaine fois que j’aurai envie de piéger des collègues en vacances à Bangkok :D

      1. Joe

        Mais tu ne dors jamais ou bien ?

        Pour ce qui est du Cascade, je trouve que l’agressivité ambiante y est toute relative.

        Alors of course, quand tu rentres c’est l’émeute instantanée avec un accueil « a capella » du style « HELLOOOOO WELCOME » et il ne se passe en général pas 5 minutes avant que tu ne te retrouves avec une tentatrice (ouais si…) sur les genoux, mais tout cela reste relativement bon enfant, si l’on peut dire…

        Et même sans le show auquel je n’ai jamais assisté et dont je me tape comme de l’an 40, rien que le spectacle sur scène avec ces 40 bikinis avec portables coincés dans la raie, cela me fait hurler de rire (sans méchanceté aucune: la Thaïlande est une des rares pays au monde où ils/elles ne sont martyrisées) . Prêtes-y attention si tu y retournes, pour moi c’est le détail qui tue !
        Le message est donc le suivant: cesses de faire une fixation sur le devant quand le plus intéressant est sur le derrière (n’y vois surtout aucune allusion à caractère pornographique) !

        Un soir je discutais avec une nouvelle (je traduis: pas d’airbags malgré le Wonderbra, pas de nouveaux pare-chocs, juste la prise de médicaments qui lui permettait de faire tomber les poils) au visage très féminin et pas agressive pour un sou: elle m’a affirmé qu’aucune d’entre elles n’était opérée parce que c’est comme ça que les aiment les clients.
        Je ne suis pas allé vérifier ses dires. Euh en fait si, une fois ou 2 et toujours un peu bourré, mais toujours en connaissance de cause et en restant exclusivement actif (oups, on a le droit de dire des trucs comme ça sur ton blog ?)

        En plus, lorsqu’elles sont vraiment belles, je trouve qu’elles sont presque plus jolies (allez, aussi…je ne voudrais pas choquer tes lecteurs. Ah hé, je suis pas gay, explorateur par contre oui) que les vraies filles qui sont en principe pas très grandes.
        Pour enfoncer le clou, ce sont – sauf rares exceptions – les meilleurs tailleuses de crayon que je connaisse, sans doute en fines connaisseuses du matériel… En tous cas je m’en souviens encore et je suis en bonne santé.

        Alors ouais bien sûr, quand tu rentres dans ce type de gogo, tu vas trouver un certain nombre de « choses » refaites de la tête aux pieds, des caricatures de pub pour médecin plasticien déjanté. Et avec un peu de malchance tu te retrouves à lui manger les ballons contre ton plein gré (c’est sûr ca ? Pourquoi tu la repousses pas alors ?) avant d’avoir dit « ouf ».
        Ouais bon, c’est un souvenir comme un autre, et ton collègue entre nous, il doit encore fantasmer, non ?

        Là où je te rejoins complètement, c’est pour le gogo juste en face, à droite de l’escalier.
        Je crois que c’est le Casanova. Surtout ne pas y rentrer seul à moins d’y aller en connaissance de cause. Scène rikiki avec des canapés très confortables où elles se battrons pour te faire découvrir leurs nouveaux attributs et plus, qu’il y ait affinité ou non. Stressant et difficile de surnager au milieu de cette marée de silicone !

        Bon allez j’arrête. Mais c’est certain qu’on s’y marre bien: il n’y a pas ce genre de folie un peu déjantée dans les gogo traditionnels. Juste qu’il faut le savoir avant, sauf à vouloir faire une surprise !!!

      2. Sly

        Haha effectivement tu m’as spammé! Si si j’essaye de dormir un peu tous les jours, entre 2-3h et 7h du mat’, je rattrape mes heures de sommeil le weekend après m’être bien alcoolisé je fais des tours de cadran à l’aise…

        Oui oui on peut dire des trucs comme ça sur mon blog, tant que ça dépasse pas les bornes des limites. Et vu que t’es à l’aise niveau écriture et que t’as l’air de t’y connaitre plus que moi en ladyboys, si tu as envie de partager tes expériences là-dessus (ou sur un autre sujet) tu peux m’envoyer tout ça par mail pour que je te publie : je vais créer une rubrique « contributions des lecteurs » ou un truc du genre, j’ai reçu deux mails sympas ces derniers temps il faut juste que je corrige les fautes et que je ponctue un peu tout ça avant de publier!

  2. Joe

    Plus ? Mais vraiment à peine alors: 2 petites fois soit 2% (fanfaron que je suis: jamais de la vie j’ai pu attraper autant de filles). Cela dit c’étaient des expériences originales. Et comme j’ai une nette tendance à ne jamais regretter les conneries que je peux faire..
    J’ai 2 potes avec qui je partage tout. Ils étaient réellement choqués (alors que l’un est fétichiste et l’autre échangiste, un monde…) et pensaient que j’avais fait mon coming-out ! Les cons ! Après ils ne sont jamais venus en Thaïlande, difficile à comprendre si tu n’as pas vu de tes propres yeux ce qui s’y passe, n’est-ce-pas ?!

    Merci pour ta proposition mais je suis un grand timide, tu as bien vu…

    A te lire

  3. Set Farang

    Le Cascade c’est les nuts !!!!!!!!!!!!!!!!!!! :p

  4. gef

    Je confirme le message ci-dessus !
    Je suis venu, j’ai vu et je suis déçu !
    J’y suis allé hier ; il y a un paquet de ladyboys qui se plantent devant toi quand tu t’es installé. Difficile de s’en débarrasser.
    Ce pourquoi je trouve que c’est nul, c’est qu’ils ne dansent jamais ! ils se plantent sur scène comme des pieds de tomates et papotent entre eux !!!
    Du coup j’ai payé un drink au seul qui dansait ! Quand vous payez un drink à un ladyboy il vient régulièrement vérifier que vous n’avez pas de plis sur le pantalon même après lui avoir repouser la main baladeuse !!!
    Je suis resté suffisement longtemps pour voir le fameux show : des danseuses (se sont les seules à vraiment danser) et une chanteuse qui ressemble plus à un trav qu’à un ladyboy. Les danseuses dansent bien, c’est court (deux danses, deux chansons) et c’est pas plus mal !
    Demain je vais faire un tour à soy Cowboy

  5. Nico

    On n’a pas pu éviter le Cascade quand on s’est fait une petite soirée LB, histoire de voir… Une super jolie ladyboy et à la limite une potable, pas plus à mon goût.

    Pour moi c’est malheureusement un peu trop agressif chez les LB :’(
    La serveuse m’a collé ma main dans son slip en suppliant que je la sorte du bar. « gloups, un pré op ». Pas super apprécié la sensation tactile que ça m’a procuré ^_^ Pour finir, elle a pété un câble toute seule quand je lui ai réclamé les 20 baht de monnaie qu’elle ne m’avait pas ramené sur l’addition. Par principe, un tip, ça se demande :-/

    Je me vois mal ramener un LB. Trop instables à mon goût. La faute à un surplus d’hormones féminines ?

    Par contre je reconnais qu’il y en a des vraiment « cute » ! Ça peut-être une expérience vraiment sympa, mais faut tomber sur quelqu’un de pas barge quoi.

  6. Ogantia

    Pour ma part le Ladyboy me montrait des photo de lui erection sur son smartphone. Et disais « you see I have big ! »
    Et côté tips je dirai « Ne pas aller au toilette au Cascade mais attendre le bar suivant pour soulager sa vessie » :)

  7. Medy

    Perso je l’aurais laissé jusqu’au bout mdr
    En tous les cas s’il y en a ne serait-ce qu’une seule comme la photo, perso je suis preneur :)

    Petite question : j’ai lu pas mal d’article mais j’ai pas bien compris. Ce nana plaza est une sorte de shopping mall géant c’est ça ?

    Merci encore Sly, totalement fan de ton blog !!

  8. sofiane93

    sympa et marrant vos récits ;-)

  9. zapu

    C’est juste une clique de pédales bourrés de sida !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge


Email
Print
WP Socializer Aakash Web