thai friendly thai love links



«

»

août 28 2012

Imprimer ceci Article

Étudiante prostituée en Thaïlande, ou « dek sideline »

Aujourd’hui, j’ai appris un nouveau mot. Enfin non, pas vraiment un nouveau mot, car je connaissais déjà le terme sideline pour désigner certaines filles de certains salons de massages ; mais j’ai découvert une autre signification de ce mot en Thaïlande.

J’étais au boulot, tout seul en pause clope, quand un de mes collègues débarque lui aussi pour s’en griller une. Mon collègue, c’est un vrai thaïlandais : c’est un chaud lapin. Il a 24 ans, une petite amie vraiment superbe, et des tas de plans pour en choper d’autres. Il s’allume sa clope et me lance :

 

_ Alors il fait quoi ce soir le farang ? Nana, Cowboy, ou Patpong ?

_ Ce soir le farang il reste chez lui, il a des trucs à faire.

_ Moi aussi j’ai des trucs à faire… Ce soir c’est sideline !

_ Sideline ? Tu vas te faire un massage ?

_ Mais non ! Une sideline ! Une étudiante prostituée !

 

C’est donc quelque chose d’assez courant en Thaïlande, apparemment il n’y a pas que les étudiantes prostituées qui écopent de l’étiquette sideline, mais également toutes celles qui font ça pour arrondir les fins de mois. C’est ce que j’aurai eu tendance à appeler des freelances occasionnelles, avant que mon collègue ne m’explique plus en détail ce concept.

Le mot sideline est utilisé tel quel en thaï, souvent précédé de dek (enfant, en thaï), et les thaïlandais parlent donc de dek sideline. Ce terme sert à désigner une étudiante prostituée, ou une jeune femme qui vient juste de finir ses études et qui cherche du boulot, ou encore une fille qui travaille à mi-temps et qui officie comme sideline l’autre moitié du temps. Ces filles de « bonne famille » font généralement ça pendant un court laps de temps, et le plus souvent pour faire face à un besoin d’argent important et imprévu.

 

étudiante prostituée

Étudiante thaïlandaise dans son uniforme sexy

Comment travaille une étudiante prostituée en Thaïlande ?

 

C’est un business bien organisé puisqu’on trouve des sites et des forums (en thaï) dédiés à ce concept de dek sideline, où l’on peut voir les tarifs, choper des numéros de téléphones et éventuellement mater des photos si la fille en question en a publié.

D’après mon collègue, une étudiante prostituée thaïlandaise ne fait ça que pour améliorer son train de vie, et n’envoie généralement pas d’argent à sa famille, contrairement à la majorité des filles de bars. Elle aurait trop honte de devoir justifier l’origine des billets, car en tant qu’étudiante ou travaillant à mi-temps, elle n’est pas sensée avoir suffisamment d’argent pour pouvoir subvenir aux besoins de ses parents.

En bon obsédé sexuel, mon pote s’est constitué un menu best of dans un fichier Excel, la crème de la crème de l’étudiante prostituée, avec photos, quartiers, numéros de téléphone ou adresses mail, et bien sûr, les tarifs…

 

Les tarifs d’une étudiante prostituée thaïlandaise

 

Question tarifs, la prostitution des étudiantes n’a rien à envier à la prostitution des quartiers réservés aux farangs : le prix moyen était d’environ 1500 THB pour un Short Time de deux heures, et le plus élevé culminait à 5000 THB pour la même durée ! Il m’en a même trouvé une qui habite dans ma rue, à 1700 THB le ST de 2h, mais sans photo (j’ai quand même pris le numéro, ça peut dépanner).

Certaines précisent qu’elles ont une copine de disponible pour ceux qui voudraient s’amuser avec deux filles, d’autres ajoutent qu’elles acceptent plus d’un client à la fois… mais bien sûr dans ces cas là, à chaque fois le prix double ! Une autre étudiante prostituée proposait une grille de tarifs détaillée comme jamais je n’avais vu auparavant :

  • ST de 30 minutes, 1h, 1h30 ou 2h (respectivement 1000 / 1500 / 2000 / 2500 THB)
  • LT en semaine, LT en week-end (4000 / 5000 THB)
  • Reçoit chez elle, se déplace chez le client, se déplace à l’hôtel (trajet à charge du client si déplacement)
  • Supplément si pas de préservatif pour fellation / pénétration (500 / 1000 THB)
  • Supplément sodomie (1000 THB)
  • Frais de 300 THB pour celui qui la rencontre mais qui finalement ne veut pas aller plus loin !

Une vraie pro…

 

Dek Sideline

Dek Sideline : étudiante prostituée en Thaïlande

La clientèle d’une étudiante prostituée en Thaïlande

 

La plupart de ces filles sont quasiment inaccessibles pour les farangs, à part ceux qui savent lire et écrire le thaï, car les sites et les forums de mises en relation sont en langue thaïlandaise. J’étais donc assez surpris de voir les tarifs de l’étudiante prostituée citée précédemment, ça revient plus cher qu’une fille à Nana ou à Cowboy ! Et elle ne vise que des thaïs.

Cependant mon pote m’a conseillé d’aller faire un tour sur Hi5 ou sur Tagged, car selon lui l’étudiante prostituée occasionnelle qui tente de choper du farang serait susceptible d’y être inscrite. Je pense qu’on doit pouvoir aussi en trouver sur des sites comme ThaiFriendly, mais ça ne sera pas affiché aussi clairement, sous peine de suppression du profil par l’équipe de modération.

 

Les sites / forums où rencontrer une étudiante prostituée

 

J’avoue que ça serait un bon article d’enfoiré si je ne vous filais pas au moins un lien pour aller vérifier par vous-même. Mais bon, vous êtes prévenus, ces sites sont en thaï ! D’où l’intérêt d’avoir des potes thaïlandais… Mon collègue fréquente également des sites de rencontres classiques, mais il préfère les sites de rencontres de dek sideline, car au moins c’est du concret dès le début. Vous pouvez rencontrer des étudiantes thaïlandaises en ligne sur les sites de rencontres classiques, mais la plupart du temps elles voudront une relation stable et/ou un pigeon pour construire une maison et good take care madame histoire qu’elle puisse arrêter d’étudier ou de travailler.

Sur les sites pour choper des sideline, il n’y a que de l’étudiante prostituée ! Pas de blabla superflu, ça s’échange des 08 et ça s’appelle dans la foulée pour une rencontre le jour même. Si les filles sont sur ces forums, c’est qu’elles sont disponibles, sinon elles suppriment leurs annonces. Au premier coup d’œil, ça m’a vaguement rappelé l’époque où je cherchais des « masseuses » sur Vivastreet en France !

Le truc, c’est que la prostitution est interdite en Thaïlande (si si, il est important de le rappeler de temps en temps), et bon nombre de ces forums ne font pas long feu. Dès fois ils tombent car les webmasters sont retrouvés par la police, et des fois ils reviennent dans la course un peu plus tard, sûrement aidés par quelques milliers de baths pour amadouer les cyber forces de l’ordre.

Vu que les forums ont tendance à avoir une durée de vie assez courte, si vous cherchez à brancher des dek sideline vous pouvez trouver d’autres forums en tapant  เด็กไซด์ไลน์ dans google.co.th. Notez bien que la plupart de ces filles ne vous répondront même pas si vous êtes un farang, et encore moins si vous ne pouvez pas leur parler en thaï au tel ! Ah oui, j’allais oublier, bonne chance pour remplir les formulaires d’inscription aux forums en thaï… :D

 

Recherches Google qui ont permis de trouver cet article :

Si t'as aimé... fais tourner !

A propos de l'auteur

Sly Nakrap

Sly, aka Seulaï (สไล), est expatrié en Thaïlande et habite à Bangkok. Tout comme Bernie Noël il a 29 ans mais bientôt 32. Et tout comme Alain Delon, il aime bien parler de lui à la troisième personne, parce que ça fait genre c'est quelqu'un d'autre qui écrit ce texte pour parler de lui. Également connu sous les pseudonymes de Slylock Holmes et Anakin Slywalker, Sly aime bien raconter sa vie dans ses Chroniques, mais il ne le fait pas souvent car il a la flemme.

Lien Permanent pour cet article : http://www.buttersly.com/2012/08/28/etudiante-prostituee-thailande-dek-sideline/

3 commentaires

  1. Boulbi

    Les Thaïlandais sont vraiment des fous du cul !

  2. juju

    Juste une info pour ceux qui rechignent comme moi à fréquenter les lieux de débauche :-)
    Le « eye contact  » marche très bien en Thailande et on peut faire des rencontres partout si on ouvre le bon « eye ». Pour moi, ça a marché au Siam Paragon, tout en haut où il y a des fast foods et des cinémas. Il faut se poser et regarder droit dans les yeux, parfois ya du répondant. Le seul hic, c’est que je ne parle pas thai donc je ne pouvais aborder que les filles anglophones. Donc parcourez les allées des malls ( mais pas trop vite ) et fixez bien les regards. D’autre part il faut être entreprenant car c’est pas les filles qui vous aborderont en premier.
    Je me suis fait draguer qu’une fois mais c’était par des gays…

    Les vendeuses sont aussi des bonnes cibles.

  3. Frédéric

    Je signale juste que le premier lien en anglais est désormais celui d’un blog concernant Chang-Mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge


Email
Print
WP Socializer Aakash Web