thai friendly thai love links



«

juil 03 2014

Imprimer ceci Article

Demander un visa étudiant thaï (visa ED) à Vientiane au Laos

Yo, je reviens tout juste du Laos où j’ai été choper mon visa étudiant (visa non immigrant catégorie B). Je vais donc partager avec vous les démarches que j’ai effectué pour obtenir ce fameux visa ED, car certains lecteurs m’avaient déjà demandé des informations à ce sujet. Outre le fait d’avoir un visa d’un an, ça vous permet d’apprendre le thaï, ce qui est quand même bien pratique lorsque l’on vit en Thaïlande. Généralement les cours sont répartis en trois niveaux (débutant, intermédiaire, avancé), ce qui vous permet de rester trois ans légalement en Thaïlande. Au niveau du prix, je m’étais amusé à faire le calcul une fois, et au final j’en avais conclu que ça ne revenait pas forcément beaucoup plus cher que de faire des visa run tous les trois ou six mois en comptant les frais d’avion et d’hôtel à chaque sortie du territoire thaïlandais. D’autant plus que ça commence à sentir le cramé ces temps-ci pour les visa run

Apprendre le thaï avec un visa étudiant en Thaïlande

J’avais déjà commencé il y a plus d’un an à écrire un article pour raconter comment j’ai appris la langue par mes propres moyens, et un autre pour vous introduire l’alphabet thaï (mais pas trop profond, ne vous inquiétez pas) ; je vais les publier dès que j’aurai le temps de les terminer. Et puis je vous ferai un petit retour sur ce qu’il se passe à l’école une fois que j’aurais commencé les cours. Pour revenir sur un des commentaires du troll-rageux-mythomane de l’article précédent, qui me disait « arrête de te prendre pour un dieu parce que tu parles thaï » : et ben non bonhomme, c’est pas prêt d’arriver. Je ne sais pas si c’est l’impression que ça vous donne quand vous lisez les conneries que j’écris sur mon blog, mais une chose est sûre, j’en suis fier (de parler thaï hein, pas de mes conneries) et je compte partager plus d’infos sur la langue thaïlandaise dans de futurs articles. Peut-être pas tout ce que je sais, mais environ la moitié, comme ça vous pourrez vous prendre pour des demi-dieux. Et c’est déjà pas mal.

visa non immigrant ed thailande

Visa étudiant en Thaïlande : visa non-immigrant catégorie ED

Trouver une école pour apprendre le thaï en Thaïlande

Alors déjà, pour commencer, il vous faut trouver une école pour apprendre le thaï en Thaïlande. Il y en a plein un peu partout en Thaïlande, je vous laisse demander à Google pour en trouver une près de chez vous. Pour rester under cover je ne vous dirai pas celle que j’ai choisi, mais elle figure dans la première liste ci-dessous qui recense quelques écoles pour apprendre le thaï sur Bangkok. Très bon blog (en anglais) pour aider dans l’apprentissage du thaï, soit dit en passant.

En parlant d’anglais, il me semble que toutes les écoles dispensent les cours de thaï en langue anglaise. Je sais qu’il est possible de trouver des cours de thaï dispensés en français auprès de l’Alliance Française, mais je crois qu’il s’agit simplement de cours et qu’ils n’incluent pas de visa ED dans le prix (à confirmer si certains d’entre vous ont déjà testé leurs cours). Mais bon, si vous venez vivre en Thaïlande, j’ose espérer que vous avez un niveau à peu près décent en anglais (par décent j’entends un niveau BAC en gros, ou si vous pouvez regarder des films ou des séries en VO).

Donc voilà, vous avez trouvé votre école pas loin de chez vous, parce que comme moi vous êtes un peu flemmard et vous n’aimez pas marcher ; il faut maintenant que vous ayez au moins trois semaines restantes sur votre visa actuel, ou sur votre exemption de visa de trente jours, car c’est à peu près le temps nécessaire pour que l’école fasse les démarches auprès des services de l’immigration. Il me semble qu’il faut également que votre passeport ait plus de six mois de validité devant lui, mais je ne suis plus très sûr et là sur le moment j’ai la flemme de rechercher, donc info à vérifier par vois soins.

EDIT : Bon finalement j’ai été vérifier, il faut bien que votre passeport ait encore six mois de validité pour un visa étudiant simple entrée, et dix huit mois pour un visa étudiant multi entrées.

Combien ça coûte un visa étudiant en Thaïlande ?

De votre côté vous n’avez pas grand chose à faire, vous vous pointez à l’école avec votre passeport, plusieurs photos d’identités (le nombre peut varier suivant les écoles), et bien sûr, de la thune. Ben ouais, c’est pas gratuit hein. Le prix annuel d’une école de thaï se situe en général aux alentours de 20.000 bahts, dans une fourchette allant grosso modo de 18.000 à 25.000. Vous pourrez trouver plus cher, mais moins, je ne suis pas sûr du tout. À cette somme il faudra rajouter 4 x 2.000 bahts, car votre visa d’un an se décline en un visa de trois mois plus trois extensions de trois mois, et il faut payer 2K bahts à chaque fois, que ça soit pour l’obtention du visa ED ou les extensions.

Remarque : le coup du 4 x 2.000 c’est pour un visa ED simple entrée, comptez 5.000 + 3 * 2.000 pour un visa ED multi entrées. Kessessé qu’ça veut donc dire ?! Avec un visa simple entrée vous ne pourrez pas quitter le sol thaïlandais pendant un an (à moins de payer à la frontière AVANT de quitter le pays, car après avoir quitté le pays c’est trop tard, le visa est niqué… ça semble évident mais on en voit plein qui se font avoir comme des ânes), alors qu’avec un multi entrées vous pourrez aller et venir à l’étranger comme bon vous semble.

Choisir un cours de thaï adapté à votre niveau

La plupart des écoles proposent au moins trois groupes : débutant, intermédiaire, avancé. Certaines écoles ont différentes classes pour chaque groupe, par exemple débutant 1, 2, 3, selon le niveau de chacun. Si vous avez quelques notions de thaï (savoir dire bonjour et merci n’est pas considéré comme tel), vous aurez le droit à un petit test pour évaluer votre niveau. Quelques questions simples du genre :

  • « est-ce que tu parles thaï ? »
  • « est-ce que tu as déjà étudié dans une école de thaï ? »
  • « de quel pays tu viens ? »
  • « ça fait combien de temps que tu es en Thaïlande ? »
  •  et accessoirement « est-ce que tu as déjà une copine ? » si vous plaisez à la madame et qu’elle veut faire un peu de rigoling (technique américaine qui consiste à rigoler).

Ensuite, « est-ce que tu sais lire et écrire? », suivi d’un test de lecture dans le cas d’une réponse positive. Alors bien sûr on ne parle pas de phrase comme pom pout passa thai dai nit noy, mais bien de ผมพูดภาษาไทยได้นิดหน่อย. Généralement une seule phrase leur suffit pour être fixé : si vous répondez « euuuuh… », vous irez sûrement chez les débutants ; et si vous arrivez à lire, on vous demandera probablement si vous comprenez ce que vous lisez pour déterminer si votre place est plutôt dans le groupe intermédiaire ou avancé.

Un fois votre niveau évalué, il y a une session photocopie de toutes les pages du passeport et divers papiers à remplir, le tout prenant une petite demi-heure au maximum. Ensuite, il faut payer, et rentrer chez vous (ou aller boire un verre sur Cowboy, hein, c’est vous qui voyez). Environ trois semaines plus tard, l’école vous passe un coup de fil pour vous prévenir que votre dossier est prêt et que vous pouvez passer récupérer les pièces justificatives suivantes.

Une fois muni de votre dossier, vous devez aller demander votre visa étudiant dans une ambassade thaïlandaise, donc hors de Thaïlande. Alors là c’est comme vous voulez, vous avez le choix de la destination. Personnellement j’ai choisi le Laos, parce que je n’y avais jamais été.

Trajet Bangkok – Vientiane et visa on arrival au Laos

Je n’ai trouvé que deux compagnies qui assurent un vol direct Bangkok – Vientiane, mais ils abusent bien niveau tarifs : Bangkok Airways cotait dans les 6.000 bahts et Thai Airways dans les 7.000. Non merci. Et je ne suis pas vraiment fan des trajets interminables, donc prendre le bus ou le train jusqu’à Udon Thani ne faisait pas partie de mes options, même si niveau prix c’est assurément ce qu’il y a de moins cher. Mais il y a une autre option, moitié moitié, proposée notamment par Nok Air aux environs de 1.500 bahts, qui consiste à booker un Bangkok – Vientiane se décomposant ainsi :

  • Bangkok – Udon Thani : avion, environ une heure
  • Udon Thani – Nong Khai : minivan, environ une heure
  • Frontière thaï  Friendship bridge  Frontière lao : bus old school, environ dix minutes
  • Frontière lao  Vientiane : bus, environ trente minutes. En comptant les pauses entre chaque trajet et les haltes aux postes d’immigration, tout mis bout à bout ça prend environ quatre heures pour aller de Bangkok à Vientiane.

Krungtep – Udon Thani… Pas mal de gens me demandent ce que Seth Gueko raconte en thaï dans ses chansons, et le « Krungtep, Udon Thani » de Patong City Gang en fait partie. Bon alors, pour ceux qui se posent toujours la question : ça veut rien dire de spécial, Krungtep c’est le (début) du nom thaï de Bangkok. Il dit juste « Bangkok – Udon Thani », c’est comme dire « Paris – Brest » en version thaï. Hè mais pourquoi il dit ça alors ? Sûrement parce qu’il avait une meuf là-bas, vu le peu d’intérêt que présente cette ville pour un touriste. La seule raison qui pousse un mec de moins de cinquante ans à se perdre dans cette ville d’Issan est souvent d’aller visiter la famille de sa (bar) girlfriend. Notez bien que je ne crache pas sur cette ville hein, je sais qu’il y a pas mal de Français expatriés là-bas (dont certains tiennent également des blogs ou des forums), et j’ai moi-même prévu d’aller y faire un tour à partir de ce week-end pour rendre visite à une fille de ThaiFriendly… Mais d’après ce que j’ai pu lire sur le net ou dans mes guides de voyage, il n’y a pas grand chose à faire sur place à part un musée et un parc historique. Je me ferai donc ma propre opinion la semaine prochaine et vous ferai un debriefing de mon petit tour là-bas, si toutefois il y a des choses à debriefer.

Enfin bon, revenons au trajet : RAS, une heure de vol, ça passe vite. Une fois débarqué à Udon, il y a un guichet jaune bien flashy qu’il est impossible de ne pas voir, affichant quelque chose du genre « Nok Air – Transfer to Vientiane ». Le petit gars derrière le comptoir demande à voir mon passeport, et m’emmène au guichet des minivans pour me donner le ticket qui va me transporter jusqu’à la frontière. Le trajet jusqu’à la frontière passe vite, même si j’ai du subir une conversation téléphonique très laborieuse entre le papy français assis à côté de moi et sa tirak à l’autre bout du fil ; son anglais était d’un niveau CM2 (en considérant qu’on commence l’apprentissage en sixième) et son thaï encore pire. Ah, l’amour… ça donne des ailes mais ça vole pas toujours très haut.

Une fois arrivé à la frontière et passé le contrôle de sortie du territoire thaï, il faut prendre le bus, 15 bahts si mes souvenirs sont bons, pour traverser le pont de l’amitié lao-thaïlandaise, aka le Friendship Bridge. Je monte dans un bus bien vieux, bien roots, d’environ vingt places dans lesquelles on réussi à caler la quarantaine de personnes qui attendent là.

Arrivé de l’autre côté du pont, il faut passer le contrôle d’entrée sur le territoire laotien et choper son visa oneulaïveaule, ou visa on arrival, j’ai comme un doute sur l’orthographe. Alors pour obtenir ce visa touristique pour le Laos, rien de bien compliqué : il faut amener une photo, 1.000 bahts ou 30 dollars US (tarifs pour les Français, pour les autres démerdez-vous, c’est marqué sur cette page), et un crayon. Toujours voyager avec un crayon : ça fait gagner un max de temps aux postes frontières plutôt que de faire la queue pour utiliser le vieux stylo bille tout pété mis à disposition. Vous le connaissez tous ce stylo communautaire, relié à son socle par un élégant fil plastique torsadé, ou, au choix, une chaînette en ferraille argentée. Ce même stylo qui n’écrit qu’une lettre sur trois, alors que vous avez déjà soufflé dix fois dessus comme un débile et que vous avez même essayé d’écrire sous la semelle de vos pompes. Non, franchement, BYOC : Bring Your Own Condom crayon.

visa ed thailande

Le stylo qui casse les couilles.

Alors bon, ensuite j’ai peut-être pas eu de bol… mais je les voyais bien les mecs de l’immigration laotienne derrière leur vitre plus ou moins teintée, je voyais aussi la télé allumée, mais personne de venait me répondre quand je toquais à la fenêtre du guichet numéro un, celui où on récupère les documents pour faire la demande du visa touriste au Laos. Au bout de deux ou trois minutes à toquer, on m’ouvre enfin, on me file les traditionnelles cartes d’entrée/sortie du territoire et le petit papier de la douane à remplir, puis on me referme la fenêtre au nez aussi sec. Arf, on m’avait dit qu’ils étaient accueillants au Laos, ça commence pas très fort là.

Je remplis donc soigneusement tous ces papiers, et comme j’ai tout bon, je gagne un tampon. Une fois mon visa en poche, je me demande où est la navette Nok Air qui est censée m’emmener jusqu’à Vientiane. Je cherche un peu, je trouve pas, ça me gonfle, je finis par prendre un taxi. Je demande au chauffeur de me conduire dans une rue pleine d’hôtels et proche de la Royal Thai Embassy. Il me dit « oui oui », mais m’amène dans une rue avec un seul hôtel, en me disant que les chambres sont classes et aux environs de 500 bahts. En réalité, les chambres sont pourries et coûtent 800 bahts. Je continue un peu à pied, je galère à trouver des gens qui parlent thaï pour demander mon chemin, jusqu’au moment où je demande à une jolie femme d’environ la quarantaine si elle parle thaï :

_ Ouille ! s’exclame-t-elle. ["Ouille" semble être l'onomatopée thaïlandaise correspondant à notre « Oh putain ! »]

_ Ben quoi ?

_ Ben, je suis Thaïlandaise ! Donc oui, je parle thaï ! dit-elle en rigolant.

_ Ah ok, et vous savez où je pourrais trouver un hôtel pas mal et pas cher dans le coin ?

_ Non, pas vraiment, je suis juste en vacances chez des amis. Mais va donc demander au magasin de téléphones là-bas, ils sont Thaïlandais aussi.

_ Ok merci !

J’arrive au magasin en question, et celui qui semble être le responsable panique et disparaît dans l’arrière boutique en me voyant entrer. Il me reste donc la petite miss derrière le comptoir à qui je demande :

_ Euh, tu es Thaïlandaise, non ?

_ Non.

_ Ah… et tu parles thaï ?

_ Non.

_ Ben pourquoi tu comprends ce que je te dis alors ?

_ Haha, je ne sais pas non plus !

On discute deux minutes et elle fini par m’expliquer la route pour aller dans un hôtel pas cher et pas loin. Arrivé à l’hôtel, je me fais un nouveau pote : le réceptionniste. Il me parle dans un anglais approximatif et semble soulagé lorsque l’on passe au thaï. Les chambres sont correctes et à 600 bahts. Je commande une bière, une large Beer Lao, et vais me poser sur la terrasse. À la fin de ma bouteille, je vais en commander une autre lorsqu’il me dit :

_ Laisse, je te l’offre, à condition que je puisse me poser avec toi dehors.

_ Ok, ça marche !

Il vient me rejoindre, commence à me parler de foot et du petit interclub du moment : la coupe du monde. Ben merde, t’es pas tombé sur le bon client là : la dernière fois que j’ai regardé un match de foot, Zidane était encore dans l’équipe de France. Il comprend vite que les discussions « ballon rond » ça me gonfle, et me propose de m’initier au laotien, qui ressemble beaucoup au thaï issan. J’accepte volontiers, et prends mon premier cours de lao en direct live du Laos, le tout en thaïlandais. Je prends des notes dans mon carnet au fur et à mesure qu’on boit des Beer Lao, et voici dans le tableau ci-dessous un bref résumé des phrases de base en français, en thaï, et en lao / thaï issan. Il y a peut-être quelques erreurs dans la dernière colonne, comme quelques phrases qui ne se disent que en lao ou que en thaï issan : j’ai un peu lutté pour relire les six pages de notes prises sur mon calepin en français, anglais, transcription phonétique et alphabet thaï. J’ai adopté un système de transcription perso, francisé, donc vous pouvez lire les mots suivants en vous disant qu’ils se prononcent comme ils s’écrivent. Mais bon, comme tout système de transcription, c’est de la merde. Je vais essayer d’en élaborer un plus sérieux avant de publier mon article sur le thaï, probablement en faisant un mix des systèmes de Charles Degnau et de la méthode Assimil. Je ferai un article plus détaillé sur le thaï issan plus tard (comme ça vous pourrez vous la raconter auprès de 90% des filles de bar), en incluant les mots écrits avec l’alphabet thaï (mais ça ne sera pas pour tout de suite, je vais quand même commencer par un article sur le thaï officiel).

Remarques :

  • les R sont tous roulés, prononcés quasiment comme des L
  • les OH sont des sons O comme dans « boxe »
  • les consonnes finales ne sont jamais muettes (koun = koune, ban = bane)
  • les J se prononcent comme des DJ

Français

Thaï

Lao / Thaï issan

Marque de politesse Krap (H) / Ka (F) Deu (H/F)
Bonjour Sawatdi Sabaïdi
Salut Watdi Baïdi
À plus (je rentre chez moi) Klap ban kon Mia ban kon / Mia ban di kwa
À demain Jeuh kan proung nii Poh kan meu eun
Oui Chaï Mèn
Non Mai chaï Boh mèn
Merci Kop koun / Kop jaï Kop jaï
Merci (très) beaucoup Kop koun mak (mak) krap Kop jai laï (laï) deu
C’est bon ? (pour la bouffe) Aroï maï Sèp boh
Ce n’est pas bon Mai aroï Boh sèp
C’est bon Aroï Sèp
C’est très très bon / délicieux Aroï mak mak Sèp laï laï
Vrai / Vraiment Jing Ilii
Sérieux ? Vraiment ? Jing loh Ilii boh
Tu vas où ? (Ja) paï naï (Si) paï saï
Tu viens d’où ? (Koun) ma jak naï (Jao) ma tè saï
Je ne sais pas Maï rou Boh hou
Je capte rien (à ce que j’entends) (Fang) mai rou reuang (Fang) boh hou reuang
C’est combien ? Tao raï Tao daï
Tu me manque Kid teung (koun / teuh) Keud hot (jao)
Je t’aime Pom rak koun Koy hak jao
C’est pas grave / De rien Maï pèn raï Boh pèn yang
Apprécier, (bien) aimer Chop Mak
Homme (Pou) chaï (Pou) baow
Femme (Pou) ying (Pou) sao
Étranger Farang Farang / Bak si da
Amusant, divertissant, plaisant Sanouk Mouane
Mignon(ne) Na rak Na hak
Travailler Tam ngan Hèt wi yak
Tu parles thaï issan ? (Koun) pout passa issan daï maï (Jao) wao passa issan daï boh

Cette soirée que j’ai passé avec le réceptionniste de l’hôtel est une des raisons pour laquelle j’essaye d’inciter les gens à se mettre au thaï : ça ouvre les portes à des rencontres et des situations inimaginables si vous parlez uniquement anglais.

 

Obtenir un visa étudiant (visa ED) dans une ambassade de Thaïlande

Le lendemain matin, je descends à la réception pour demander quelques conseils à mon prof de lao :

_ Elle est loin l’ambassade de Thaïlande ?

_ Non, pas vraiment, environ cinq ou dix minutes en touk touk.

_ Juste pour avoir un ordre d’idée, tu penses que j’en aurai pour combien ?

_ Moi ils me demandent 20.000 kip en général, du coup toi, avec ta tête de farang, ils vont sûrement te demander au moins 25.000. Mais insiste bien, tout en restant poli et souriant, et ça partira à 20.000.

Je m’approche du premier touk touk devant l’hôtel, le mec veut 50.000 kip pour aller à l’ambassade. Je dis 20, il dit 40, je dis 20, il dit 30, je dis 20, il me dit « bon vas-y arrête de me faire chier et file moi 100 bahts, ça fait 25.000 kip ! ». Ok, deal. Arrivé devant l’ambassade, le mec se gare près d’un petit barnum abritant une table et quelques chaises avec un gars sur l’une d’entre elles. Le gars en question s’approche du touk touk et me demande :

_ Tu viens pour faire un visa ?

_ Oui, un visa étudiant.

_ Ok, tu as le formulaire ? Et les photocopies de ton passeport ?

_ Non, pas encore.

_ Bon, si tu veux je remplis les deux pages du formulaire et me charge des photocop’ pour seulement 100 bahts.

_ Ça marche ! dis-je comme une grosse feignasse à la vue de tous les champs à remplir.

Le mec remplit le formulaire de demande du visa ED, envoie un de ses sous-fifres faire les photocopies, et me demande :

_ Bon, ça c’était 100 bahts. Mais si tu veux, j’ai un autre truc à te proposer.

_ Vas-y, je t’écoute.

_ Tu sais que tu dois payer 2.000 bahts pour le visa ?

_ Oui.

_ Ok, et ben si tu veux, on oublie les 100 bahts, on oublie les 2.000…

_ Hein ?!

_ Donne moi juste 5.000 bahts, et je vais faire la queue à ta place, déposer ton dossier, payer pour toi, aller chercher ton passeport une fois le visa accordé, et je le fais livrer à ton hôtel.

_ Non ça va, merci, on va en rester aux 100 bahts.

Il insiste pendant deux minutes mais je refuse, ça fait cher payé tout ça pour faire la queue plus un aller retour à l’hôtel en touk touk. Je rentre donc dans le consulat et voit trois personnes dans la salle d’attente, mais personne au guichet. Je m’approche avec mon dossier, le mec vérifie que tout est en ordre et trente secondes plus tard il me file un ticket pour aller payer mes 2.000 bahts à l’intérieur du bâtiment. Ce coup-ci j’attends environ dix minutes, la MC prend le mic’ et appelle mon numéro, je lâche mes 2K bahts et je rentre à l’hôtel. Vite fait bien fait.

Remarques : Vous trouverez plus de détails sur l’emplacement et les horaires d’ouverture de l’ambassade de Thaïlande à Vientiane en allant consulter cette page de leur site web. En gros, on dépose les documents le jour J entre 08H30 et 11H30, et on récupère son passeport tamponné le jour J+1 entre 13H30 et 15H30. J’ai rencontré un australien sur place qui m’a affirmé qu’en déposant les documents un mardi, mercredi, ou jeudi, il était possible de récupérer le visa ED dans l’après-midi même, mais je ne peux pas vous le confirmer. Apparemment ça serait du au fait que le lundi et le vendredi sont les jours de grosse affluence à l’ambassade. Ah oui, et si vous déposez vos pièces justificatives un vendredi matin, vu que le processus prend deux jours ouvrés, vous n’aurez votre visa que le lundi après-midi. Et dernier truc, il faut payer le visa en baht : 2.000 baht en cash uniquement, prévoyez avant parce que c’est pas la teuf des bureaux de change près de l’ambassade.

Ambassade de Thaïlande à Vientiane au Laos

Comme disait le philosophe Ferrero Rocher, "Les réceptions de l'ambassadeur sont toujours un succès".

Un petit mot sur Vientiane, la capitale du Laos

Bon, ben, c’est pas la teuf, hein. J’avais bien fait mes devoirs sur les forums d’obsédés sexuels mais les terrains de jeux semblaient être assez limités. L’action semblait se résumer à quelques bars avec des freelances assez discrètes et les boites de nuit de certains hôtels qui ferment plus tard que l’heure autorisée par la loi. Et en parlant de légalité, ils ont cette étrange loi qui interdit aux Laotiens d’avoir des relations sexuelles avec des étrangers avant le mariage. Au début je n’y croyais pas trop, mais finalement si, c’est vrai. D’un côté, c’est pas plus mal pour leur pays, ça évite que ça devienne une destination de tourisme sexuel comme pas mal de pays limitrophes comme la Thaïlande, le Cambodge, ou le Vietnam. Ceci dit, comme dans beaucoup de villes d’Asie, il y a toujours des chauffeurs de touk touk pleins de bons plans, j’y reviendrai dans quelques lignes.

Un truc qui m’a surpris au Laos, c’est les additions dans les restaurants. Elles reviennent avec trois ou quatre totaux vous permettant de payer dans la monnaie de votre choix : en kip (monnaie laotienne, pour info actuellement 100 bahts c’est en gros 25.000 kip), en baht, en dollar US, et parfois même en euro.

Un autre truc qui m’a surpris au Laos, en tout cas dans le coin de Vientiane où j’étais, c’est l’heure de fermeture des établissements. Je me suis retrouvé à 16H30 dans un centre commercial en espérant trouver un truc à manger, et je voyais toutes les boutiques qui commençaient à ramasser. Je galère un peu à trouver quelqu’un qui parle thaï ou anglais, jusqu’au moment où :

_ Excusez-moi, vous sauriez où je peux manger un truc ?

_ Ah ben non, tu peux pas.

_ Comment ça, je peux pas ?

_ Ben ouais, le mall ferme à 17H00, c’est trop tard pour manger.

_ Quoi ?! Un mall qui ferme à 17H00 ! Mais il est 16H30 de toutes façons, là !

_ Ben ouais, trop tard.

Ben merde, c’est quoi ce pays ?! Je sors du mall, il pleut à torrent. La totale. Je vois un chauffeur de touk touk qui me fait des signes au loin, je cours dans sa direction, monte m’abriter à l’arrière et lui dit :

_ Tu sais pas où je pourrais manger à cette heure-ci ?

_ Ben si !

_ Ah ouais ? Cool, ici ils m’ont dit que tout fermait à 17H00.

_ Mais non, juste le mall, et les restaurants, et le mall d’à côté, et l’épicerie du coin, et…

_ Ouais ça va, j’ai compris. Amène-moi juste quelque part pas loin où je peux manger pas cher.

_ Ok… et sinon, tu veux pas de la weed ?

_ Hum, non, merci.

_ Ah… et tu cherches pas des filles par hasard ?

_ Hein, des filles ? Vas-y explique !

_ Je connais un bon coin, c’est le bar de mon pote. Je t’emmène là-bas, on boit deux trois large beer en parlant avec mon collègue, et après on te montre la cave où il y a les filles.

Sur le moment, j’ai cru entendre quelque chose comme « vas-y viens, moi et mon pote on va se bourrer la gueule à tes frais et après on va te dépouiller dans la cave ! ». Je décline poliment l’invitation à me faire braquer et il me conduit au Mix. Le Mix est un regroupement de restaurants (cuisine japonaise, française, italienne, laotienne, thaï, chinoise, indienne) en demi-cercle donnant sur une place où un groupe fait des reprises en mode MTV unplugged. La serveuse qui vient s’occuper de moi est sympa mais nulle en anglais et pas fortiche en thaï, elle me propose donc d’appeler sa copine qui parle bien thaï. Bonne surprise, la nouvelle serveuse est plutôt mignonne et elle comprend bien ce que je lui raconte. Je tente quelques vannes, elle rigole. Au bout d’un moment je tente de lui demander à quelle heure elle finit son service, elle sourit timidement, panique, et s’en va sans répondre. Fail. Remarque, si elle voulait jouer selon les règles, il aurait fallu que je me marie avec elle avant de l’attraper…

Récupération du visa ED à l’ambassade

Le lendemain, je me rends à l’ambassade de Thaïlande pour récupérer mon visa étudiant. Rien à signaler : j’ai fait la queue, j’ai eu mon passeport tamponné. En sortant, un chauffeur de touk touk m’interpelle (en anglais) :

_ Hey my friend, tu vas où ?

_ À la gare routière, prendre un bus pour Udon Thani.

_ Ok ok, 50.000 kip.

_ Non non, pas moyen, 20.000 !

_ Pfff, 20.000 ?! Tu peux aller voir ailleurs !

_ Ok.

_ Hey mais reviens my friend, donne-moi 40.000 et on en parle plus !

_ Non non, c’est 20.000 max !

À ce moment là, une femme d’environ 45 ans débarque avec ses deux gamines d’à peu près 12 et 16 ans. Elle lui demande en lao d’aller à la gare routière, ce à quoi le mec répond « Ok, 5.000 kip chacune, ça fait 15.000 les trois. ». Je rentre à nouveau dans la conversation, en thaï ce coup-ci :

_ Quoi ?! Moi tout seul c’est 40.000… et elles à trois c’est 15.000 ?!

_ Ben… euh… ouais ! répond le mec, un peu blasé de s’être fait grillé.

_ Depuis tout à l’heure je te dis 20.000, et elles à peine elles arrivent c’est 5.000 ?!

_ Bon, ok pour 20.000. Mais c’est normal que tu payes plus cher : t’es un farang.

Je monte dans le touk touk avec les trois laotiennes, elles sont toutes les trois mortes de rire. Je suis assis à côté de l’aînée des gamines, et la mère est en face de moi avec la cadette à côté d’elle. La daronne est une vraie commère, je l’entends dire farang par-ci par-là, mais je ne comprends pas grand chose à ce qu’elle raconte. Le seul truc que j’arrive à capter, c’est qu’elle fait des signes bizarres à sa fille aînée, et qu’elle fait limite la ola dans les virages serrés quand sa fille se rapproche de moi. Au bout d’un moment elle me dit « ma fille aime bien les farangs, mais elle est timide parce qu’elle ne parle pas anglais ». Je me marre devant la bizarrerie de la situation, quand le chauffeur du touk touk se met à me gueuler dessus :

_ Vas-y descends, et traverse, la gare des bus est en face.

_ Quoi ?! Mais je vais pas traverser là, c’est la guerre sur la route !

La mère des gamines me fait alors remarquer que je n’ai qu’à rester à l’intérieur, vu qu’elles aussi vont à la gare et qu’il devra de toutes façons faire demi-tour pour les y déposer. Elle me confie alors :

_ Je ne sais pas trop pour quoi il voulait que tu descendes là, et pas nous…

_ Ha ! Ben c’est normal, c’est parce que je suis un farang !

Ça fait rigoler tout le monde, même le chauffeur. Je chope mon ticket de bus Vientiane – Udon Thani à 20.000 kip si je me rappelle bien, soit environ 80 bahts. Même chose qu’à l’aller, mais en sens inverse : poste d’immigration à la sortie du territoire laotien, le pont de l’amitié, le poste d’immigration à l’entrée du territoire thaïlandais, et puis roule jusqu’à Udon. Environ trois heures plus tard, je chope un vol Udon Thani – Bangkok avec Air Asia, et une heure plus tard je suis de retour à l’aéroport de Don Meuang. Back in BKK, yeah ! Il ne me reste plus qu’à retourner à l’école avec mon passeport pour montrer mon joli tampon (au Laos c’est un sticker en fait), histoire qu’ils commence dès à présent à préparer les documents pour la demande d’extension du visa à faire tous les trois mois (mais si , je vous ai déjà expliqué ça plus haut : les 4 x 2.000, tout ça…).

Conclusion

Bon c’est sûr, cet article ne fait pas vraiment dans la concision. À la base, je comptais écrire un truc vite fait qui allait droit à l’essentiel, avec uniquement les infos pertinentes concernant la demande du visa étudiant en Thaïlande. Et puis j’ai rajouté des anecdotes au fur et à mesure de l’écriture, et ça a donné ce truc de plus de 5.000 mots, au format bâtard entre un article informatif et une chronique mal racontée. J’ai même réussi à caler une habile digression sur un stylo à bille, t’as qu’à voir !

Comme d’habitude, n’hésitez pas à compléter cet article en y ajoutant un commentaire si vous avez demandé un visa ED ailleurs qu’au Laos, comme au Cambodge, en Malaisie, ou même en France. Par ailleurs, il me semblait qu’on était limité à trois ans de visa ED pour apprendre le thaï, mais j’ai rencontré un mec une fois qui cumulait sept ans de visa ED, il m’avait expliqué sa combine mais j’ai oublié depuis. Alors si vous avez la réponse à cette question, merci de la partager avec tous les lecteurs. Aller, à plus sur les bancs, on se croisera peut-être au dernier rang…

  

Recherches Google qui ont permis de trouver cet article :

Si t'as aimé... fais tourner !

A propos de l'auteur

Sly Nakrap

Sly, aka Seulaï (สไล), est expatrié en Thaïlande et habite à Bangkok. Tout comme Bernie Noël il a 29 ans mais bientôt 32. Et tout comme Alain Delon, il aime bien parler de lui à la troisième personne, parce que ça fait genre c'est quelqu'un d'autre qui écrit ce texte pour parler de lui. Également connu sous les pseudonymes de Slylock Holmes et Anakin Slywalker, Sly aime bien raconter sa vie dans ses Chroniques, mais il ne le fait pas souvent car il a la flemme.

Lien Permanent pour cet article : http://www.buttersly.com/2014/07/03/demande-visa-etudiant-thailande-laos/

22 commentaires

  1. Cedric

    Suivant comment, y’a moyen d’avoir le visa pour l’après-midi même si on graisse la patte des mecs à l’entrée (les mêmes qui remplissent les formulaires à ta place).
    ça devait être en 2010, on a fait le trajet avec un pote depuis Chiang Mai en bus. Manque de bol on est arrivé trop tard le jeudi (après 11h.30) pour pouvoir récupérer le visa vendredi. Le lundi suivant était un jour férié donc pas moyen de récupérer notre visa avant le mardi après-midi.
    On avait aucune envie de passer un week-end prolongé à Vientiane, il n’y a rien à faire (enfin pour 1-2 jour oui, mais pas 4). Bref, je crois qu’on a payé 4k baht chacun aux mecs à l’entrée pour pouvoir récupérer nos visa l’après-midi même (livré à l’hôtel). On avait des apparts à Chiang Mai, payer l’hôtel, la bouffe etc à Vientiane 4 jours aurait coûté plus cher que ce que les mecs nous demandaient (en plus on aurait été complètement déprimés d’ici mardi tellement y’a rien à faire là-bas). C’était en 2010, y’avait des chantiers de construction un peu partout en ville, peut-être c’est un peu mieux maintenant….

  2. Saparot

    Instructif. Même si ça manque singulièrement de fion :o

  3. Matteo Farot

     » les chauffeurs de touk touk pleins de bons plans » trop bon les guzettes men

  4. Babar

    Jeune homme, j’apprécie votre blog, mais vivre à l’étranger n’est pas une raison suffisante pour galvauder ce monument de l’esprit franco-italien qu’est F. Rocher: « Les réceptions de l’ambassadeur sont réputées pour le bon gout du maitre de maison, un gout raffiné qui charme toujours les invités » est la citation exacte.

    Merci de respecter les auteurs classiques.

  5. Khol

    Merci pour l’article, intéressant et sur lequel il y a toutes les infos utiles.

    Par contre je te trouve un peu dur avec Vientiane. Bon c’est sur c’est pas Bangkok et comparer BKK / Vientiane c’est un peu comme comparer Paris et Mortagne-au-Perche…

    Ceci dit, il y a quand même quelques bars sympa et pour les boîtes tu as le Futur et le @home qui sont pas mal à faire pour une soirée sur place. J’ai trouvé les filles plutôt sympas et accessibles. Sur les deux soirée j’ai ramené un freelance occasionnelle trouvée sur place le premier soir et une Lao en vacance plutôt friqué le deuxième soir qui visiblement avait envie de se faire un farang (j’ai même tenté de me faire payer :-) , bon ça ‘a pas marché mais qui en tente rien n’a rien :-D ). Je peux te dire qu’on ne pas pas demandé non plus de signer un contrat de mariage avant ;-) (même si la lois existe vraiment et qu’il faut surtout se méfier des plans « dénonciation » si on ne veut pas devoir passer en mode corruption du flic local pour repartir tranquillement – un type m’as raconté avoir dû débourser quand même 500€… Je ne peux pas garantir la véracité des propos car cela ne m’est pas arrivée personnellement mais ça semble assez crédible… -).

  6. Sancho

    Impec’ Sly, merci pour toutes ces infos, et comme tu le mets en début d’article, un petit debriefing sur les cours quand t’auras commencé, ca peut être rock n roll comme sujet.

    Pour ma part, je choisirai peut-être Hua Hin comme école.
    La mer (important pour un tyzef), pas loin de BKK, locaux friendly et vie moins cher qu’ailleurs (en mode guy roux)

    1. Reubeu des Bois

      ,  » En mode Guy Roux  » , tu m’a tué avec cette expression looool

  7. Moonoi

    J’ai moi même fais ce trip,également pour le ED visa…

    J’y étais avec 2 potes qui connaissait bien Ventiane … Nous avons passé la soirée au Borpenyang un bar « branché » sur la marina du mékhong …. La bas il y avait bien quelques tapins sympa, je me suis régalé avec l’une d’elles! Sans doute elle doit faire partie de mon top 10 des tapins …

    Et nous avions une guest qui s’appel le riverside (500bht la nuit) bien situé, proche des restaurants et autre bar !!!
    Le réceptionniste de la guest nous avait proposer de faire venir un minivan avec un panel de tapin pour passer le temps… Après reflexion nous avions refuser par peur de se faire dénoncer justement avec cette lois de merde…

  8. Khol

    Oui, le Borpenyang très ben pour commencer la soirée avec quelques pros et occasionnelles mais aussi des Laos un peu friqué.

    Le Riverside c’est justement où j’ai créché Guest vraiment sympa et personnel au top, guestfriendly par ailleurs donc pas de soucis à avoir de ce côté là.

  9. khii-kong

    Thanks Sly,
    sujet intéressant, l’étude du Thaï ( plus plus le petit dico lao/Isaan).

    Pour les autodidactes, mon étude de la langue se compose comme suit :
    premier voyage en Thaïlande de 3 semaines l’année passée : je repars avec 5-6 mots, une curiosité pour la calligraphie Thaï et l’envie de l’apprendre.

    second voyage de 3 mois ( la plongée : formation dive master ): sachant à l’arrivée des rudiments étudiés sur internet, la connaissance de l’alphabet et chiffres et que la transliteration doit être abandonnée au plus vite…. les 3 dernières semaines j’ai une GFE et l’on parle Thaï à 90 pour-cent… bref je repars motivé avec mon premier bouquin le fameux  » bar guide « .

    J’étudie tous les jours avant mon retour dans 3 mois, ce sera pour 6 mois cette fois-ci ( formation instructeur plongée ) : actuellement je peux lire le thaï assez facilement et je compose des petites phrases sur mon fessebook, je décrypte les intonations des mots ( en fait syllables ) mais surtout j’ai investi dans un cours internet et qui me convient parfaitement ( http://learn-thai-podcast.com/ ) à env. 140 euros c’est peanuts et il y a un sérieux bout de gras sur la planche…
    je pense parfois à mon ex-gfe, pauvre fille, comment elle n’a pas eu plus mal de tête que çà je ne comprends pas… je ne me rendais pas compte que je parlais du thaï-Quizz ( et on dit qu’elles ne sont pas courageuses :-) ).

    Je n’en ai rien à foutre de ce que l’on peut penser de moi mais au pays ( la Belgique ) lorsque le mot Thaï est lancé, on te lances toujours ce petit sourire te signifiant qu’à part l’arrière-train des filles ( voir des très petites filles tant qu’on y est…) rien ne t’intéresse vraiment dans ce pays! c’est là que d’une manière insignifiante tu balances sous leur nez un carton en Thaï en disant négligemment : lis-moi çà, c’est marrant au possible! curieusement le sourire s’évanouit…. :-)

    En résumé c’est pas parce-que tu sais lire et écrire le Thaï que tu te lèves la nuit pour t’admirer dans la glace mais cela donne une petites satisfaction du genre savoir nager ou rouler à vélo… :-)

    Bref j’attends ton papier sur l’expérience de ton apprentissage avec impatience…

    Michel

    ps. je ne suis pas intéressé par un visa étudiant, mes 65 ans me donnes droit à un autre… :-)

  10. Wildrover

    Salut Sly ! Merci pour ton site tres instructif a tout point de vue et surtout on se marre !
    Je vais tenter le visa ED depuis la France, quelque chose me dit qu’avec les derniers changements ca va peut etre pas aller comme sur des roulettes. Rien qu’en lisant le site de l’ambassade Thai à Paris, on sent que ca resserre les boulons severe ! Un mal pour un bien certainement.
    Je vous tiens au courrant. On va voir ca.

  11. Nancho

    Manifestement Sly t’as eu le bon timing pour faire ta demande de visa ED.

    Les bidasses ont changé la donne.
    Il faut maintenant justifier de 20.000 € sur ton compte en banque pour faire une demande de visa et les cours auront lieu 5 heures par jour sur 5 jours par semaine.

    Va falloir trouver une autre combine pour rester au PDS du coup :/

    Kenavo

  12. cannabistourist

    Connards de flics pourris, ils fontndes tests par quartier a Bkk maintenant…

  13. tyler

    salut à toi SLY,

    une petite correction dans cet article: OUI se dit Chao en Lao (dans la version courante: genre lorsque tu parles à une nana d’un bar), la version polie du OUI: Doï (avec un tréma sur le I), Men étant le verbe être qui est utilisé dans les formes impersonnelles: exemple : anni Men niang?: c’est quoi ça?

    Mise à part cette micro-erreur super article…encore une fois.

    Nous avons tous hâte au prochain, qui tarde à venir d’ailleurs!!!! :)

  14. Le loup

    J’ai une question a vous demander au sujet des visas touristes a Vientiane quand est il??car je suis un peu septique de tous ce qu’il peut se dire…j’arrive en fin de séjour de mes 30jours et je souhaite aller a Vientiane pour un visa touriste;soit disant ce n’est plus possible d’acquérir ce visa après être rentrer en Thaïlande dans les trois mois précédent:( connaissaient vous un membre de votre entourage qui à rencontré ce problème récemment??merci de vos réponses concrète et réaliste

  15. vlad

    bonjour , j’un peu lu votre blog que je trouve pas mal,
    et j’aurais voulus savoir quand on fait son visa ed étudiant en thailande ou un pays voisin, est ce qu’il vous demande comme en France vos relever de compte , parce que je trouve qu’ici ils abuse un peu , ils demande d’avoir au moins 20.000 euros sur le compte pour en faire la demande depuis la France.
    est ce que c’est pareil sur place ?
    merci

  16. tyler

    Silence Radio???? Tes articles nous manque!!!

  17. moo noi ,,,,,,

    cc sly , je me demande pq tu l as pas fait direct a bkk ,, je sais qu on les fait a pattaya pour 18000 chez un mec un peu gros sur la route qui va a jombtien , je pense que easy abc ??????? enfin ca change tellement , je suis rentré depuis le 2é juillet et jeretourne le 12 janvier ,, je verrai si possible , mais 18000 sur avec 180 heur de cours ,,, je ne connai^t pas grand chose au thai je suis allé c l ecole qq semaines 12h en fait ,,,, chez raymond foudation sur la route pricipale a pattaya ,, soit ,, a plus ,,,

  18. sam

    Hello sly. Merci pour ton site c’est vraiment une mine d’information. Je sais pas si tu es sur bkk mais si tu es dans le coin je serai heureux de te payé une petite mousse. Hesites pas a m’envoyer un mail. J’ai aussi un numéro thaï. A bientôt j’espère. Sam

  19. sam

    alors Sly ????? les derniéres rumeurs racontent que tu la police t’a renvoyé en france…( c’est une meuf de soi cowboy qui m’a dit ca ) c’est vrai ?

  20. Mav

    Ce qui me fait rire, c »est qu’il t’arrive toujours des trucs extraordinaires qui n’arrivent a personne d’autre, c’est toujours drole a lire.

    C »est d’ailleurs marrant, j’ai toujours payer le prix Thai, voire meme moins cher car ma tete revient bien aux Thai, comme quoi, si on a une grande gueule on paie plus cher.

    Ah j’aime ce pays
    desole pour les fautes, Ah les claviers Thai …

  21. Fred

    Alors il est mort ce site ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge


Email
Print
WP Socializer Aakash Web