thai friendly thai love links



«

»

oct 18 2012

Imprimer ceci Article

Les petits mensonges des filles de bar en Thaïlande

Vous savez à quoi on reconnaît une fille de bar qui est en train de mentir ? Ses lèvres bougent. Et puis de toutes façons, si elle n’est pas en train de parler, c’est qu’elle pense déjà à la prochaine connerie qu’elle va vous sortir… Je ne sais plus où j’ai lu ça, mais c’est une très bonne introduction pour ce nouveau billet. Dans cet article je ne vais pas revenir sur les histoires de buffles malades, de daronnes à l’hôpital, de petit copain mort suite à un accident de motorbike, etc… mais simplement faire une compilation des petits mensonges du quotidien des filles de bar. Les petites phrases d’accroche, celles qu’elles connaissent toutes par cœur et qui me font exploser de rire dès que je les entend.

 

Les mensonges des filles de bar en Thaïlande

 

Avant de commencer l’article en lui-même, pour répondre à plusieurs commentaires sur mon blog qui disent que je parle mal des filles de bar, ou encore que je ne les respecte pas ; je tiens à signaler que ce n’est pas du tout le concept de ce site web. Je passe beaucoup de temps dans les bars, surtout dans les gogo bars de Bangkok, je respecte les filles qui me respectent et je m’amuse beaucoup, sans pour autant payer des bar fine à chaque fois. Je m’amuse beaucoup car je connais les règles, et je sais aussi ce qui se passe du côté des bar girls. J’en connais un paquet en tant que simples copines (copines, comme dans « jamais eu de relation sexuelle ensemble ») et elles m’en racontent des bien bonnes. Ces mêmes copines qui me font mal au cœur quand je les vois partir main dans la main avec un bon vieux Helmut. Pour être honnête, j’ai plus de respect pour elles que pour la plupart des français que je rencontre sur Bangkok.

 

Mais forcément, quand j’écris un article qui dit qu’il ne faut pas envoyer d’argent aux filles de bar en Thaïlande, je ne vais pas leur jeter des fleurs. Ce que je raconte sur mon blog, c’est juste ma vision de la nightlife de Bangkok. Ce n’est que mon avis, pas une vérité absolue, mais ça reste un avis valable fondé sur ce que j’entends et ce que je vois au quotidien. Ce n’est pas un autre avis basé sur des on-dit, ou sur des traductions mot pour mot d’articles en anglais, ou encore sur l’histoire d’un mec qui connaît un mec qui connaît un mec qui connaît un mec qui a lu sur un forum qu’un mec s’était fait plumer par sa femme thaïlandaise qui était une ex fille de bar. C’est mon avis, ma vision du truc, et puis c’est tout.

 

Certains sont venus deux fois en vacances ici et s’imaginent que c’est un monde de bisounours où tout est rose, où les filles sourient, vous appellent chéri et sont contentes de finir dans votre lit. Mais ça c’est juste la façade. La preuve qu’elles font généralement bien leur boulot vu que beaucoup de gars gardent ce genre de clichés en mémoire. Moi je vous parle de l’envers du décors : le monde des filles de bars en direct live du dedans. Et j’essaye de trier le vrai du faux pour faire un best of de tout ce que j’entends et ce que je vois lorsque je suis en contact avec ces bargirls. Et pour tenter d’expliquer pourquoi il peut y avoir une différence de point de vue si énorme entre un touriste et un expat’, rien ne vaut une petite anecdote…

 

De l’intérêt de parler thaï…

 

Il y a deux semaines, j’étais assis à l’extérieur d’un gogo bar de Nana Plaza sur les coups de 19H. J’étais en train de boire une bière avec trois copines gogo danseuses avant qu’elles n’aillent travailler. Tout à coup, l’une d’elles s’exclame :

_ Sat klap ma lèow ! Alom sia…

 

En gros, « v’là l’animal qui revient déjà, j’suis dégoûtée ». L’animal en question est un farang, la cinquantaine, et son allure de Bidochon me laisse penser qu’il est très probablement français. Quand le mec arrive près de nous, elle change de ton et de discours pour un « hi tilac, how are you today, I miss you so mut », le tout accompagné d’un large sourire. Le gars, tout émoustillé de se faire appeler tilac (chéri) par une jeune et jolie thaïlandaise, a lui aussi un sourire banane. Il voit que je suis assis avec les filles et me demande :

_ T’as une tête à être français toi, je me trompe ?

_ Ouais, tout faux, je suis thaï.

_ Haha, ok, et t’es là pour combien de temps ?

_ Au moins jusqu’à la fin de ma bière…

_ Non je veux dire tu restes combien de temps ici en vacances ?

_ Je suis pas en vacances là, je suis en weekend. J’habite ici.

_ Ah ouais ? Ah ben c’est cool ça, tu dois bien te marrer.

_ Ouais ouais, t’en fais pas pour moi, ça roule.

_ Ça te dis que je t’offre une bière en échange de quelques bons tuyaux, t’as sûrement deux trois bons plans à me refiler, non ?

_ Ok ça marche, je vais prendre une Chang… et puis tiens, commence donc par lire ça ! lui dis-je en lui filant ma carte de visite.

_ Ah mais je connais ce site ! C’est toi Sly ?

_ Yep.

_ Et tu parles thaï, non ? Tu comprends ce qu’elles racontent les filles ?

_ Pas tout, mais en partie oui.

_ Et alors… ça raconte quoi de beau ?

_ De beau ?! Rien. C’est que du sale et ça parle mal…

 

Au même moment, ma pote se lève et passe derrière le gars pour le prendre par le cou. Elle inspire très fortement en l’enlaçant, prend une voix sensuelle et lui dit à l’oreille :

_ Huummm… mung men muan ki, dak ling…

 

J’explose de rire, suivi de près par les deux autres gogo danseuses. La fille fronce les sourcils et me regarde d’un air autoritaire, tout en mimant une fermeture éclair sur ses lèvres en guise de « motus et bouche cousue ». Le message est passé, je la ferme. Le mec, grand sourire, me demande de lui traduire ce qu’elle vient de dire pour que lui aussi puisse rigoler. Pris de court, je répond la première connerie qui me passe par la tête, soit le contraire de ce qu’elle vient de dire :

_ Euh… là… ben… elle a dit « huummm, tu sens bon, chéri ».

_ C’est tout ? Et pourquoi vous êtes tous morts de rire alors ?

_ À cause de la voix sexy qu’elle a pris pour dire ça, c’est pas son genre, d’habitude.

_ Ah ok… Alala, elle est terrible cette petite, non ?

_ Si si, je confirme, elle est terrible !

 

En réalité, une traduction plus exacte serait « huummm… tu pues le caca, cul de singe ». De plus, le tu employé (mung à la place de khun) est un gros manque de respect. Entre bons potes ça passe et c’est même assez courant, mais sorti de l’entourage proche, c’est considéré comme insultant. Le dak ling est lui aussi une insulte en thaï, souvent employée par les bargirls pour se moquer ouvertement de leurs clients. Ça sonne presque comme darling (chéri, en anglais) et ça passe tout seul, comme une lettre à la poste, comme la tune des sponsors en mandat cash.

 

Donc voilà, si je vous raconte tout ça c’est juste pour revenir sur le monde des bisounours : ce que vous ressentez en tant que simples touristes est souvent très loin de la réalité. En l’occurrence dans cette anecdote, le mec est complètement charmé par la fille qui le prend dans ses bras et qui lui susurre à l’oreille un truc en thaï d’une voix douce, sans se rendre compte qu’en fait elle se fout complètement de sa gueule.

Bien sûr il y aura toujours quelques chevaliers blancs, défenseurs de la veuve d’Issan et du buffalo orphelin, pour venir critiquer ma vision des choses et dire que je n’ai rien compris ; que c’était de l’humour, qu’elle rigolait avec lui, que ce n’était pas méchant, bla bla bla, etc, etc… Mais non, ce n’était pas de l’humour, c’était du foutage de gueule en puissance, et elle m’a bien fait comprendre que je devais la fermer et ne pas traduire ce qu’elle avait dit.

Note à l’attention du protagoniste de cette histoire : Si tu lis ces lignes, ce dont je ne doute pas, sache que je suis désolé de ne pas avoir été honnête avec toi sur le coup. J’imagine bien que ça doit te faire drôle (ou pas) d’apprendre à quel point elle t’a manqué de respect. Mais l’un dans l’autre, je n’avais aucun intérêt à la balancer vu que j’aurais fait foirer deux plans en même temps : le tien qui était de passer un bon moment avec elle , et le sien qui était d’empocher tes 2000 ou 4000 THB en échange de ce même moment…

 

Filles de bar Thaïlande

Rusée comme un renard, mais avec une mémoire de poisson rouge... ou des piranhas dans l'bocal comme disait l'autre!

 

Autre remarque suite à certains mails que j’ai reçu récemment : raconter ce qu’il se passe après un bar fine ne m’intéresse pas. Si vous vous êtes déjà servi de votre zizi pour autre chose que pour pisser, alors je pense que vous êtes assez grands pour imaginer ce qui peut bien arriver une fois que vous quittez un bar en charmante compagnie. Donc désolé si je ne réponds pas aux mails des gars qui me demandent si c’est possible la sodomie en Thaïlande, si elles aiment bien ceci, si on peut faire cela, etc…

 

Et dernière remarque avant de passer (enfin !) aux mensonges des bargirls : quand je parle des filles de bars, c’est un terme générique que j’emploie pour parler des prostituées thaïlandaises, qu’elles soient filles de bars au sens propre (qui bossent dans un bar à filles), ou gogo danseuses, freelance, etc… et sur Bangkok ! Bangkok c’est la jungle, c’est le bizness avant tout. L’ambiance n’a pas grand chose à voir avec celle de Phuket par exemple, où les lady bars sont généralement plus sympathiques que sur la capitale (dans mes souvenirs en tous cas). Une raison toute simple qui me vient à l’esprit pour expliquer ça, c’est la clientèle des bars à filles. Sur Phuket il y a beaucoup de bandes de djeun’s, de mecs bodybuildés, des touristes sexuels qui sont des hansum men pour de vrai. Sur Bangkok, en général, c’est vachement plus flippant.

 

Mensonges & Filles de bar thaïlandaises

 

I not lie.

Le plus marrant, de loin. Comme m’avait très justement fait remarquer un lecteur dans un message (auquel je n’ai pas encore répondu, mais je n’ai pas zappé!) sur Facebook, il faut vraiment être une sacré mythomane pour se sentir obligée de rassurer son interlocuteur avec une phrase comme ça…

 

I work here one day / week / month.

Rayez les mentions inutiles. Proportionnellement au degré de jaïdee-tude qui émane de vous, vous aurez sûrement le droit à une déclinaison du mensonge ci-dessus. Si vous avez vraiment l’air d’être un parfait pigeon, vous aurez peut-être même le droit à I work here first time today. Le truc, c’est que c’est peut-être vrai : c’est peut-être bien son premier jour dans ce bar, mais elle a peut-être bossé un an ou deux dans d’autres bars avant celui-ci !

I never go with farang before…

… only talk funny and drink. No boom boom. You be first time for me. C’est vraiment votre jour de chance ! Il se pourrait qu’elle ait commencé par le mensonge numéro 2, histoire de préparer le terrain, et de vous donner l’impression d’avoir l’occasion de faire un un truc exceptionnel : être son premier farang… de la journée !

Me no like thai men.

…thai men no good. Him butterfly too mut. Him like boxing lady. Le fameux mythe de la thaïlandaise qui n’aimait pas les thaïlandais. Franchement, vous y croyez vous ? Qu’est-ce qui ferait qu’une jeune et jolie thaïe ne voudrait pas d’un gars de son age qui parle sa langue ? Ah oui, c’est vrai, c’est sûrement l’appât du gain. C’est pour ça qu’elle dit à Helmut, 59 ans, de Berlin, qu’elle préfère les vieux farangs poumpouilles et dégarnis à ses propres compatriotes jeunes, musclés, et adeptes du Muay Thaï. Les mecs thaïs, c’est comme les mecs de n’importe quel pays : y’en a des bons, y’en a des cons. Mais bon Helmut il est cool, c’est un bon client, y s’doute de rien.

 

I like you too mut

Existe également en version I miss you too mut, you handsome too mut, et autres mensonges qui riment en too mut. Attention aussi aux déclinaisons du mot darling, comme vu dans l’anecdote plus haut. Les petits noms doux des filles de bars à leurs clients sont en général assez funky, et souvent branchés 30 Millions d’Amis… En vrac on peut trouver crâne de serpent pour désigner un mec dégarni, buffle pour un mec qui se comporte mal, bouche de chien pour un mec qui parle mal, etc… Ça passe généralement inaperçu, un petit kwaï par-ci, un petit pak ma par-là, mais ça me fait toujours bien rire quand je vois un mec qui regarde sa bargirl avec un sourire idiot alors qu’elle l’insulte en douce.

 

I go eat.

Pendant un bon moment, mon squatt préféré de début de soirée sur Nana était le Big Dogs, posé en observateur à surveiller les allées et venues des gogo danseuses, des clients réguliers (si vous êtes dans le coin vous les avez sûrement déjà croisés : The Big Lebowsky, le Père Noël, Kaiser Soze, etc…), des touristes, des ladyboys… Et  toutes les filles que je connais ont un point commun, dès qu’elles me voient elles distancent un peu leur client, histoire de faire style elles marchent seules, et elles me lancent « I go eat, I come back ». Sûrement une histoire de fierté, ou un truc du genre.

 

She sister me.

La fameuse frangine, la relou, celle qui se ramène toujours pour essayer de gratter un verre. Bien évidemment, il y a très peu de bars où la prostitution est un business familial, même si j’en connais quelques un où vous pouvez trouver de vraies sœurs, comme le Las Vegas et le Rainbow IV. La plupart du temps, elles se considèrent comme sœurs à partir du moment où elles viennent du même petit village, de la même ville, de la même province, ou du même pays… Donc voilà, en gros, elles sont toutes sœurs. Le simple fait de travailler dans le même bar suffit à mériter l’étiquette de sister. C’est un peu comme les jeunes branleuses kikoolol de chez nous et leurs « t’es trop ma best sista ». Même combat.

 

He brother me.

Le frangin, c’est une autre histoire. Généralement, c’est en fait son mec. Je vois beaucoup de gogo danseuses que je connais plus ou moins bien sur Nana Plaza arriver au travail escortées par un thaï, et à chaque fois, elles se sentent obligées de me sortir « he brother me ». Comme si elles avaient l’impression qu’elles venaient de se faire griller et qu’elles avaient peur que ça casse leur business… Une autre que je connaissais bien, Lek, la copine de Boom, m’avait annoncé qu’elle partait s’installer sur Koh Samui avec son petit copain britannique. Un peu après (sûrement une fois que son gars se soit rendu compte de la catastrophe ambulante avec qui il s’était mis en couple) la voilà de retour sur Nana Plaza… Elle vient vers moi en me disant « I not see you long time… because I stay Samui… with my brother ». Poisson rouge power.

 

You give me money for taxi, I very poor, I stay very far

Si vous bossez en France et que vous touchez le SMIC, votre jolie gogo danseuse gagne probablement plus que vous ! Ce n’est pas le cas de toutes les filles de bars, bien sûr, mais si vous l’avez choisie parce qu’elle était belle, dîtes-vous bien que tous les jours d’autres gars la trouvent belle aussi… Je vous laisse faire les calculs !

 

Il en reste plein d’autres, comme le fameux Two weeks me no have custommer, you make me horny very big, ou encore I like you. I want go with you (et là j’entends Helmut qui se demande « comment ça c’est un mensonge ça ? »), etc…  Donc voilà, si jamais vous vous appelez Helmut, ou si vous connaissez d’autres mensonges classiques des filles de bar que j’ai oublié dans cet article, n’hésitez pas à laisser un commentaire ! J’avoue je suis un peu débordé de commentaires, que ça fait deux semaines que je n’ai rien publié, et que j’ai accumulé un retard de plus d’un mois sur ma boite mail, mais ça me fait toujours plaisir de lire les retours des lecteurs et j’essaye de répondre à tout le monde (même si dès fois je prend mon temps, c’est vrai).

 

Recherches Google qui ont permis de trouver cet article :

Si t'as aimé... fais tourner !

A propos de l'auteur

Sly Nakrap

Sly, aka Seulaï (สไล), est expatrié en Thaïlande et habite à Bangkok. Tout comme Bernie Noël il a 29 ans mais bientôt 32. Et tout comme Alain Delon, il aime bien parler de lui à la troisième personne, parce que ça fait genre c'est quelqu'un d'autre qui écrit ce texte pour parler de lui. Également connu sous les pseudonymes de Slylock Holmes et Anakin Slywalker, Sly aime bien raconter sa vie dans ses Chroniques, mais il ne le fait pas souvent car il a la flemme.

Lien Permanent pour cet article : http://www.buttersly.com/2012/10/18/mensonges-filles-de-bar-thailande/

44 commentaires

  1. Seblapattaye

    Bravo Sly on s’y croirait ! En même temps c’est normal vu que tu y es.
    Génial l’anecdote du gars qui se fait insulter alors qu’il pense exactement le contraire, j’ai bien dû en souffrir moi aussi une fois ou deux (ou trente) sans le savoir !
    Ca me donne une idée : tu pourrais peut-être faire un mini article sur un florilège des mots thai à connaitre que tu entends souvent dans la bouche des bar girls et auxquels le farang (expat ou pas d’ailleurs) se doit de faire attention, comme par exemple jaï di (oups je dépense trop …) ou tilak (ah je suis le pigeon classique en ligne de mire …) etc …
    Merci pour tes billets excellents, merci de ta sincérité dans tes propos, on a parfois besoin de ça.

    Seb

  2. eric

    Tres bon ce billet Sly , je rejoins Seb sur sa demande d’un article avec tous les mots  » pas kool  » couramment employé par ses chéres bar girls , dans l’attente de te lire et de voir un de cs jours .. eric

  3. eric

    Tres bon ce billet Sly , je rejoins Seb sur sa demande d’un article avec tous les mots  » pas kool  » couramment employé par ses chéres bar girls , dans l’attente de te lire et de te voir un de ces jours .. eric

  4. SF

    Salut à tous!
    En dehors de ce très bon article, je veux surtout revenir sur les premiers paragraphes du post et aussi pour laisser un petit commentaire comme je ne l’ai pas fais depuis longtemps quand bien même je suis un fidèle du site.
    Sly, avec mon expérience bangkokaise, je te rejoins sur beaucoup de points et pour ma part, si le fait que je réside en France ne me permet pas de créer des liens amicaux avec des bargirls, pour lesquelles je reconnais le mérite de procurer du rêve, j’applique un bon vieux triptyque « Find, fuck, forget ». Ces trois étapes sont pourtant simple!!! D’un autre côté, j’ai 28 piges et ce qui m’intéresse, c’est la diversité donc c’est certainement plus facile de forgetter.
    Inutile de se justifier si certains humanistes voient de l’arrogance donc à dire le vérité crue. Pour illustrer ceci, je vous livre une petite anecdote récente pour montrer que même si une fille vous dit ou propose ce que vous voulez entendre ou voir faire, il ne faut pas pour autant se prendre pour un dom Juan ou un nickeur né; au contraire, la lucidité, qui épargne de pas mal de conneries, permet d’échapper aux pièges.
    La scène se déroule sur plusieurs jours au Baccarra que j’apprécie avec ses deux étages, ses thèmes bikini, étudiantes, seins nus,… Très honnêtement, très sympa et beaucoup de jap’, ce qui permet de proposer à la fille une alternative même si la encore, restons lucide, elle est là pour rapporter de la tune et préfèrera toujours un jap mal foutu pour 4000-5000 le LT un jeune mec européen pour 2000-3000 maxi.
    Premier soir, je répète une bombe, regard de salope et c’est ça précisément que je recherchais, petit cul, paires de seins refaits magnifique; vous ne pouvez pas la louper à l’etage, c’est la brune qui danse seins nus avec des seins énormes. ST puis LT avec une deuxième minette du Tilac, seins refaits, tatouages, reflets blonds dans les cheveux; une super nuit chaude!
    Deuxième soir, je retourne au Baccara parce que j’avais repéré une bargirls magnifique, toute menu petit sein mais regard sûre d’elle et j’avais bien envie de m’occuper d’elle et de ses deux petites couettes. Avant de partir avec elle, je recroiser celle de la veille à qui, évidemment, je manquais too mut, on s’en serait douté. Elle me dit que je peux revenir pour elle parées le ST d’avec miss double couette, mais honnête pour honnête, j’explique que je suis butterfly accompli et que je tomberai pas dans le panneau… ST donc avec miss double couette et son joli petit cul et je termine en LT avec une autre fille d’un autre bar qui me dit n’être qu’occasionelle et étudiante en internationale business; ce a quoi je répond international business in farang marketing, qui la fait bien marrer cette petite menteuse de thaï mignonne malgré tout dans ce rapport theatralisé de mensonges mutuels. Pour info, la deuxième du LT, sûrement le meilleur coup de ma vie de fouilleur bangkosien: grande, une vraie femme, une déesse au pieu hyper active: un régal.
    Et arrive la troisième soirée siège de mon annecdote. Je retourne sur cette bonne adresse du Baccara et matte une petite thaï toute mimi avec son regard qui sent le sexe et sa petite tenue qui me « saute moi sur place ». Je m’approche d’elle sur les banquettes et elle me glisse un you butterfly! J’explose de rire et me retourne vers la miss en petite tenue pour lui dire you butterfly more than me! Car après tout, s’il s’agissait pour moi de butterflyer autant qu’elles, à condition de ne pas me taper des versions féminines d’Helmunt, je serai partant! La fille rigole et comprend bien que ma logique, c’est la nuit ensemble et basta! On file dans mon girlfriendly hôtel, elle se place assise sur le lit, je m’approche d’elle, l’embrasse avec force et vigueur en lui caressant le corps et on passe aux choses sérieuses assez rapidement; la fille passe par toutes les positions, est super ouverte à ce que je propose, bouge plus que raison, se trémousse, et me fait des pipes d’antologie rare pour une thaï. On met le couvert plusieurs fois dans la nuit et après ce que je pense être une dernière partie de jambes en l’air matinale, elle part se doucher. Je place son « salaire » sur la table de chevet, elle revient, me remercie pour le cadeau (comme si c’était une surprise…) et se rhabille en petite tenue moulante. Et c’est là précisément qu’arrive mon anecdote sur la lucidité: la fille, douchée, habillée et payée, vient m’embrasser pour partir, je lui met une main baladeuse sur ses fesses déjà longuement étudiée, elle me réembrasse à nouveau, se colle à moi, ma main se ballade plus en profondeur dans sa petite culotte, je la retourne et elle commence, tout frottant son petit cul contre moi, à se déshabiller. Bilan: cette fille, douchée, habillée et payée, qui ne me devait plus rien quelque part, eh bien je l’ai rebaisée sur la table de la chambre du girlfriendly hôtel.
    Et la lucidité la-dedans, où apparaît-elle me direz-vous? Simple et évident: ce coup d’éclat ne fait pas de moi un Dom Juan ni un nickeur né capable d’offrir des orgasmes à la demandes à ces demoiselles. Il ne faut pas en retenir de la fierté mais juste et simplement l’histoire d’une bargirl qui fait son boulot et à sûrement dans l’idee de fidéliser un jeune mec, qui même si il est plus handsome que pas mal de jap au Baccara, même s’il est très clairement identifié comme étant un butterfly revendiqué, n’en reste pas moins un mec en vacances qui aurait pu l’amener au soleil à Krabi.
    En rapport donc avec le fait de dire la vérité sur ce site, de ne pas tomber dans les petis pièges de nos amantes éphémères, la lucidité doit l’emporter sur la fierté personnel ou l’orgueil.
    Cru, mais représentatif je pense des relations simples mais complexes de la nightlife thaïlandaise.
    Une expérience à mettre entre les mains de notre analyste ès scène bangkokaise Sly?

    1. jancle

      ca arrive ce genre d aventures mais avouons le assez rare .17 ans de thailande et resident ,j ai ete attire par une fille superbe a la porte d un salon de massage et je suis monte… avec,rien a dire jusqu au moment ou je la prenais en levrette et dans le trou le moins lisse voulant m introduire ,elle se retourne et me dit en thai ,c est ok pour moi mais 500 baths de plus sur un ton du style ..passe moi le sel .je debandis et m en allu…

  5. Set Farang

    Sawasdee krap pom Sly :)

    J’ai besoin d’un conseil !
    Je connais un mec, qui connais un mec, qui a entendu dire que son pote il allé finir par prendre un coup de couteau a force de faire de la m***e tous les soirs.
    Je ne sais plus quoi lui dire, j’ai tout essayé: les B52, la sabouka rien ne l’arrête, bref on fait quoi docteur ?
    ben vous me réciterai 3 « Pattaya Pattaya puying love u maak maak », et continuez a vous taper des barres en lisant les billets de Sly :) change rien on adore !!!

  6. olive

    slt a tous,
    C’est éffarant mr sly, ce que tu nous ecris là, continues comme ca. j’aime ahaha.

  7. Kev

    J’adore lire tes posts, toujours un belle acuité, et beaucoup de tendresse.
    J’ai hâtes de voir Faï débarquer là-dedans… :)

  8. rwan

    Sawatdi à tous!
    Novice de la thaïlande, y étant allé une fois presque par hasard, j’avoue j’étais un peu en mode pigeon voyageur, c’est pour ça que je trouve les infos et anecdotes de ce blog si réalistes, que leur lecture à elles seules sont un voyage.
    Pour les mensonges cités des filles de bar, rien de plus vrai! Et les autres filles thaïes, sont-elles des aficionadas du mensonge envers les farangs?
    rassure-nous il existe bien des situations où on peut faire un minimum confiance, où tout n’est pas enjolivé pour te plumer? Non? …
    Bref, félicitations encore pour tes articles, je suis fan car ils sonnent vrai! (et bien écrits)
    à+

  9. berthi

    PFF, tu fais ch…. Sly! Bien sur qu’on sait qu’elles doivent bien se foutre de notre gueule, c’est presque de bonne guerre. Mais la franchement, t’es un tueur. A chaque fois que je vais en voir une, je vais penser a ta fichue histoire et au cul de singe. Comment veux tu qu’on ait envie encore de leur payer des verres ou autres conneries.
    J’suis a Pattaya en conges et la tu me fous trop les glandes.
    J’aimais bien mon monde de bisounours :-) et maintenant qu’on a la certitude d etre meprise et d’etre deteste, c’est quoi l’interet des bargirls? Car si c’est juste pour tirer son coup, il y a mieux en france. Pas besoin de se taper 12h d’avion.
    Il reste les salons de massage. Comme on va faire vidanger sa voiture chez speedy.
    Ehm il n’y aura plus de magie, que du commerce, a mois d’etre un regulier comme toi qui vit sur place.
    En tout cas, ton site exprime parfaitement ce que je me doutais de cet univers : faux, sale, meprisant, et plein d’amertume. C’est bizarre, j’aime bien.

    1. Seblapattaye

      Salut berthi
      Suis également à Pattaya en ce moment, si tu veux partager une singha autour d’un podium, avec plaisir. Tu peux me contacter sur mon mail : seb.cash at free.fr
      à pluche

  10. histox

    Bonjour Sly,

    Intelligence, humour, objectivité, modestie, tu sembles pourvu de toutes ces qualités… bravo ! Au plaisir d’une rencontre fortuite, à l’angle d’un bar. Faut toujours que je me mette dans un coin… je suis timide !, (lol)

  11. loloc

    encore un bon article.eh,oui elles se foutent de moi les petites menteuses!! et souvent ouvertement(je parles un peu thai aussi) ca les surprends au debut;se rendant compte que j’ai compris,ca les fait rigoler et ca les empechent pas de recommencer.mais,bon,je les aimes bien quand meme,pourquoi?.
    sinon je voudrais rajouter qu’il n’y a pas que les filles qui sont des menteuses;leur clients aussi savent mentir et des fois ce sont elle qui se font avoir,croyant avoir denicher le prince charmant et en fait se retrouve avec un pauvre smicard ou petite retraite.
    aussi,le fait de parler thai et de dire que je suis deja marie avec une thai clarifie tout de suite la situation.

  12. juju

    Après 2 séjours à BKK et à Phuket en moins d’un an ( le 3e arrive bientôt ), je n’ai jamais eu droit aux fameux petits mensonges ( le buffle malade, le frère accidenté, etc ). Je regrette presque car je m’y étais préparé !
    Au fait j’ai trouvé les filles sincères ( à part un peu de simulation pendant le boom boom ), aucune ne m’a demandé mon Email pour pouvoir me demander de l’argent par la suite… J’ai filé mon No de tél. thaï à certaines, et je n’ai eu aucune mauvaise surprise. Le seul mensonge récurrent, c’est quand la fille te présente sa « soeur » ( et qu’elle te demande de lui payer un verre ). C’est fou combien de « soeurs » travaillent dans ces bars ! Au bout de la 3e soeur, en général j’arrête d’offrir des verres…
    Yen a une qui m’a présenté son petit copain, pas comme son frère mais réel comme son boyfriend, en me demandant de lui offrir un verre ( LOL ). Quel culot ! En fait son mec me trouvait à son goût et la fille voulait une partie à 3… Bien que tenté par l’expérience, j’ai refusé.
    Sur les nombreuses rencontres que j’ai faites, j’ai eu 4 demandes de mariage et c’était toujours avec des filles avec qui j’ai bien « accroché » où il y a eu plus qu’une simple prestation tarifée. Mais il faut garder la tête froide, le farang reste un portefeuille sur pattes, rien d’autre. A part ça, on s’amuse vraiment beaucoup en Thaïlande, les filles sont marrantes, belles, féminines, mais elles BOIVENT TROP!

    1. Ricoh

      En fait elles considèrent comme soeur toutes filles venant de la même ville, village, région, cousines ou colocataires avec qui elle vie ou travaille au quotidien, c’est un demi-mensonge.
      Un peu de culture: C’est un terme que les thais utilisent aussi comme forme de politesse quand ils s’adressent à une femme plus jeune qu’eux/qu’elles: ils diront « Nong » pour « petite soeur… »
      Evidemment dans ton cas elles disent ça juste pour t’attendrir et tester ton coté « jaï di ».

      1. juju

        Merci, j’ai appris qqch grâce à toi .. lol J’ai effectivement un côté « jaï di  » très prononcé… ferai gaffe la prochaine fois. :-)

  13. tyler

    Mais que ce passe-t-il plus de nouvelle de notre blogueur!? Pour rebondir sur les multiples mensonges possibles et imaginables, lors d’un voyage avec des amis, j’ai un pote qui s’est ramassé une petite féline Isane dans un beer bar à sukhumvit, je vous passe les détails, mais comme vous l’imaginez, dans la triptyque Found/fuck/forget, mon pote a oublié le forget. Après notre retour, il n’arrivait pas à l’oublier et il s’est mis en tête de quitter sa job et de venir à BKK la rejoindre (bien évidemment durant la période où il n’était pas avec elle, il a arrosé ce cactus à foison, en clair, il lui envoyé des mandats de cash.) . Non content de quitter notre belle province pour la Thaïlande, ce cave décide d’accompagner sa promise à la frontière LAO dans son village natal paumé pas très loin de Nong Khaï. Pas d’électricité, pas chiotte, pas de clim, en clair la cordasse!!!

    Bien évidemment, il a du raquer en terme de cadeau, il ne pouvait pas arriver les mains vides dans ce qui s’apparente au trou du cul de la région Isan! Au menu, Alcool pour le père et les oncles alcoolo (black label), étoffes, parfum et bijou pour le reste, et pour les kids des jouets et des sucreries.

    Il vit tant bien que mal une idylle roots avec sa nana qui le calcule de moins en moins, dans laquelle, il est plus ou moins heureux . Au bout de deux semaines, sa nana lui dit qu’elle veut retourner à BKK, car la vie moyenâgeuse mode isan ne l’intéresse pas, mon pote bonne poire jusqu’au bout susurre du bout des lèvres qu’il a cramé presque 3000$ en 3 semaines dans cette aventure merdique et qu’il n’a pas les moyens de continuer à jouer au sugar daddy, tout en insistant sur le fait qu’il l’aime. Il fond en larmes et elle, elle explose de rire!!!

    Vous connaissez la fin de ce film, voyant que le pigeon n’avez plus de plume, elle a demandé le jour même a un de ses oncles chargé en alcool de Riz de le lourder à la gare routière de Nong khai où avec le reste de son pognon il a pu se rendre à BKK en bus non climatisé, puis il s’est rendu à l’ambassade canadienne quémander un rapatriement que ses parents ont du rembourser Manu Militari.
    C’est en rentrant qu’il m’a raconté son histoire qui lui a couté la modique somme de 6000$ en comptant le billet d’avion en plus de son emploi!!

    Moralité!! Found fuck and forget ostie!!!

  14. SF

    « Find, Fuck and Forget »: on ne le dira jamais assez.

  15. juju

    Certains y ont laissé plus que 6000$… Plein d’histoires de mecs qui sont tombés amoureux et ont tout quitté pour rejoindre leur amoureuse avec toutes leurs économies. Une fois sur place, mariage ( mais pas reconnu par les autorités ), le pigeon se rend compte de rien, il paie une voiture ,achète une maison et laisse gérer tout son fric à son « épouse ». Une fois qu’elle a plus besoin de lui, bobonne le jette hors de la maison qui n’est pas à son nom et lui présente son vrai mari ( un thai bien sûr ) avec lequel elle vit depuis plusieurs années !
    Le pauvre gars se retrouve dans la rue sans un baht et doit faire la manche pour pouvoir se payer un vol retour…
    C’est fou combien les filles thai peuvent nous faire tourner la tête !!!
    Moi j’y ai laissé l’équivalent d’un salaire annuel en Thailande lors de mon dernier séjour, mais c’était prévu!
    F-F-F j’avais pigé le concept dès le départ.

    1. Seblapattaye

      un salaire annuel !! what the f… !
      moi qui croyait dépenser beaucoup quand j’étais sur place !

  16. SYL

    C’est vrai Sly que parler la langue du pays te fait voir quelques situations cocasses, moi étant comme toi, au sénégal je parlais un peu le wolof et en plus je tenais un bar. Je me suis marré une paire de fois!!!!!!!!!!!!
    Et le plus c’est quand tu sors dans une autres ville ou tu n’ais pas connu et que tu entend les filles parler de toi et ton pote de neuvenne…………..et apres un quart d’heure tu lui répond dans sa langue, là aussi c’est marrant et souvent te permet de faire quelques copines avec qui tu te marres bien!!!!!!!!

  17. David

    Cher สไล,

    Conseil d’ami:
    Fais traduire ton site en English. Ça va booster ta fréquentation x50, avec un bon référencement. Vu qu’il y a au moins 50 fois plus d’anglophones que de francophones à BKK. Et vu que ton talent mérite que ce site te rapporte enfin plus qu’il ne te coûte (nottament en terme de travail)
    J’ai bien lu ailleurs que tu trouvais ça too mut hard et prise of head, mais entendons nous bien: je n’ai pas dis « traduis ton site », vu que ton niveau d’anglais a l’air pire que le mien, mais bien « fais traduire ton site ». Tu a, parmi tes lecteurs, de vrais admirateurs parfaitement bilingues, c’est mathématique. Lance un appel si ça te chatouille.
    Et vu ton rythme d’écriture depuis quelques temps, à 1 ou 2 traductions d’article par semaine, en moins de 6 mois c’est fait, news articles includes.

    Conseil pourri:
    Fais traduire ton site en thaï. Si on mélange la difficulté de traduire les nuances, leur sensibilité souvent exagéré (qui rendrait souvent invisible la tienne, réelle mais lisible entre les lignes) et le fait que ce site est fait pour les farang, ce serait une perte de temps certainement contre-productive.

    Sinon je suis à Pattaya pour mon birthday, mais j’espère bien te croiser au NEP bientôt.

    1. Sly

      Merci David, j’y ai déjà pensé, j’ai un niveau très correct en anglais mais j’ai juste la flemme et je manque de temps. J’ai déjà regardé combien ça couterai de faire traduire mon site, mais même aux tarifs les moins chers, en sous-traitant à des malgaches, ça ne rentre pas dans mon budget qui est proche du zéro… sans compter qu’il faudrait encore que je corrige leur travail bâclé. Mais bon c’est sûr que si certains lecteurs sont motivés à traduire bénévolement certains articles en anglais je ne peux que les encourager à le faire, et plus vite que ça bordel :D

      1. nico

        propose plutot de faire guide pour tes lecteurs! visiblement tu connais les gogos sur le bout des doigts, et nous pauvres touristes neophytes on arrive à Bkk ou on connait rien, on passe des soirees à claquer des ronds sans forcement trouver ce qu’on cherche…propose un service a la carte, visite de gogos en fonction de vos besoin etc…style 50 euros la soiree frais payes..y a bon pognon, c sur!

      2. Patrick (Nancy)

        LOL!

        L’idée de « guide » est bonne. Mais il me semble que certaines activités sont entièrement réservées aux autochtones!
        A ce moment là, autant faire l’activité « Agent de voyage & Découvertes insolites ».. Négociations avec les dames pour tarif de groupe…. ;)
        Et jus de fruits pour tout le monde! :D ça va éviter les rentrées trop zigzagantes…. :D
        10 people par semaine sur 2 jours (vendredi et samedi = 50 €x2x10= 1000 € x4 weekends… = Jack pot en Thailande!
        Non, je déconne… :D quoique…. ;)

        Quand à la traduction, ben… Il y a « Google translate » automatique selon les navigateurs ou les hébergements de sites…. :D

  18. walter ego

    Etonnant ce site. Plein de cynisme mais en même temps de réalisme, celui qui remue les tripes et remet les idées en place…bref, salutaire, bien écrit, avec comme toile de fond une espèce d’enfer paradisiaque…
    Un peu d’amertume personnellement dans les tripes, car de la façon la plus classique, je suis en train précisément de me faire pigeonner (je crois), par une soi-disant freelance qui m’a présenté à sa famille (pas du côté de Issan) et avec laquelle j’ai vécu en mars 22 jours mémorables, dans le bon comme le moins bon.
    Des indices me permettent de supposer qu’elle a été pro à Pattaya, ce qui refroidit un peu l’atmosphère…

    Bref, celle que j’ai rencontrée avant elle (en janvier, au Beergarden de Bangkok)) avait été décevante et s’était effondrée après une heure au tarif de 2000 baht. Le lendemain matin, je lui ai filé 1500 baht en lui expliquant que la regarder dormir m’avait comblé de bonheur, mais son regard m’a fait comprendre qu’elle ne partageait pas mon humour. Ce soir- là, j’ai décidé de retourner au Beergarden et de lui filer le solde, si elle y revenait, ce qui fut le cas. Le dialogue qui suit contient THE mensonge:

    moi: sorry for this morning, I gave you only 1500 baht; maybe I’m a farang, but not a dirty farang: here are the missing 500 baht…
    elle, hésitante: but…but oh thank you…but you know, I don’t do that for money(!!!)

    Il est tellement énorme, celui-là…probablement inclassable!

  19. ogantia

    J »ai eu le droit à un mensonge marrant une foi d »une bar-girl de Nana-iquid. Elles nous ont racontés elle et sa copine qu’elles allaient avec des farang car au moin 80% de mec thai étaient homo ou ladyboy :)
    Sinon un des mensonge que je vois le + frequemment c’est « Je suis étudiante »; mais dès qu’elle se met avec un de tes potes elle est en vacance pendant 3 mois au moins ;)

  20. Martin

    Bon allez une petite histoire personnelle pour enrichir ce site génial :

    J’ai un côté romantique mais aussi un naturel méfiant. Il y’a qqs années je fais un voyage en Thailande avec des amis. J’y rencontre N à l’occasion d’un massage à l’huile. Echange d’emails mais assez limité vu la difficulté à rédiger en anglais. Bref pas d’échange en fait. Cette année j’y retourne. Pas prévu de repasser sur Hua Hin mais je recois ce message et je n’étais pas trop loin :

    « Now l live in hua hin. Not have worked at original,than. Open aclothing store in peron not check email check emil today. »
    « I want see you »
     » I miss you »

    Bref je me dis que ce serait impoli de pas passer la voir et qu’elle a visiblement pris un bon chemin. Je fais un détour par Hua Hin. Je passe la voir dans sa boutique de vêtements et la félicite car s’en sort bien au vu de son passé difficile (abandonnée enfant…) qui m’avait touché. On fait l’amour ensemble. Aucune demande d’argent. Je commence à tomber « amoureux »… Après minuit elle prétexte qu’elle dort mieux chez « une amie ». ça ne me dérange pas car claqué du voyage. Le lendemain matin elle doit aller prier au temple et l’aprem je suis dans sa boutique. Elle me parle d’ouvrir son propre salon de massage et on discute business, chiffons, futur, qu’elle se sent seule, qu’elle m’aime… Elle me montre les photos de sa boutique sur son iphone et c’est là que ça devient marrant :
    En slidant par mégarde je tombe sur des photos récentes d’elle avec de vieux farangs à poils ; ce qui la gêne car elle pensait sans doute avoir ferré un nouveau pigeon…
    M’explique que ça rapporte mieux que les vêtements, que c’est des anciens clients, bons amis mais que c’est fini…
    Le soir je l’invite à dîner (pour la veille vu que pour moi les choses sont claires). On repasse devant sa boutique pour ranger les mannequins. Là y’avait un jeune thai plutôt pas mal assis sur sa motobike. En nous voyant il se relève et je sens comme une gêne entre les deux.
    Je lui demande si sa motobike est ok ? …
    Elle ne traine pas, on marche puis passe un rapide coup de fil où j’ai rien compris mais au ton j’imagine :
     » qu’est-ce que tu foutais là !!! »
    Bref dîner glauque.
    Le soir elle retourne dormir « chez son amie »
    Le lendemain matin elle « retourne prier au temple »
    Le lendemain aprem :
    Moi sur un ton naturel : « Hi so how is you thai boyfriend »
    N : « He was no my boyfriend just a customer » (je me suis retenu de rire : boutique de jupettes et je n’avais pas précisé que je parlais de ce JH assis sur sa moto)
    Le ton se refroidit, elle tente quand même de me proposer un plan cul à 1000 baths dans un dernier sourire avant de lâcher l’affaire.

    Bilan :
    - Triste de voir que certains mecs thais en sont réduits à accepter que leur copine se prostitue…maitenant si la fille tente ce genre de prétextes pour ne pas passer la nuit avec vous…y’a thai sous couvert. Pas besoin de questionner…ça doit déclencher la sonnette d’alarme chez vous…lorsqu’on aime qqun on reste dormir avec lui.
    - Je me suis même demandé si la boutique n’était pas un fake
    - La plupart des mensonges sont gros si on arrive à adopter un point de vue extérieur…et c’est bien le problème

  21. Dan

    Bonjour,

    je confirme que tout ce que tu dit la ! est exact et ce n’est que la moitie du quart de tout ce qu’elle peuvent faire, inventer et surtout mentir a chaque fois qu’elles ouvrent la bouche! je viens en Thaïlande depuis environ 8 ans, j’y ai résider « expatrié » environ 5 ans et actuellement j’y suis, j’ai eu des bars a Pattaya, j’ai habiter Samui, j’ai habiter en Isan et donc j’ai pu remonter la filiaire jusque la source, c’est une Industrie ! mais malgré tout je tire mon chapeau a ces filles qui sont capable de partir avec des vieux pervers salle et dégueulasse pour 25 Euro c’est le prix de départ a pattaya. Je pourrais écrire un roman si je voulais….moi aussi je parle Thai et j’ai réussi a trouver ma femme dans un coin perdu directement dans une rissiaire « très jeune » mais majeure je suis marier et heureux depuis 2 ans mais malgré tout j’ai épouser un peu la « famille » avec ! mais dans tout les pays du monde les femmes coutent de l’argent au hommes ! surtout quand elles sont jeunes et jolies.
    Dan

  22. Patrick

    Bonjour,

    Bravo pour les mises en garde pour les pauvres touristes qui perderont beaucoup d’argent avec ces filles.
    Cela fait 15 ans que je viens en Thailande tous les 3mois et je m’efforce d’expliquer que ce n’est pas dans les bars, massages etc que l’on peut trouver l’amour en Thaïlande.
    les filles de bars sont en majorite toutes des menteuses qui n’ont qu’une chose dans la tete, c’est prendre votre pognon. Ce sont des filles sans éducation et un mariage avec elles tournera au désastre et à la ruine pour l’étranger.
    Amusez vous en Thailande, c’est un très beau pays mais restez à l’écart de ces prédatrices.

  23. traveller

    Pas d’accord du tout avec cet article.
    Je m’appelle Helmut, j’ai 50 ans un peu beaucoup poum poï et
    chauve et je peux vous assurer que les Bar Ladies ne sont pas des menteuses.

    Helmut

    1. Traveler

      Haha, excellent humour, après 10 ans à Abidjan, je ne suis pas du tout dépaysé.

  24. Azrael

    Salut, suis pas encore allé ni en Thaïlande ni au Philippines (ça j’y vais en novembre), mais j’aime bcp ton post.

    1) ça sent le vécu et le véridique, à vrai dire je me doutais un peu de ça, mais après tout, c’est partout pareil.
    2) ce que j’apprécie encore plus en te lisant, c’est le respect pour ces filles dans ton post, pas une fois tu les traites de putes/putains etc, c’est à minima le respect pour des professionnelles et des jolies filles et ça par dessus tout est respectable.

    Souvent on voit ce genre de post, bien souvent la personne prétend les respecter voire les apprécier, mais trop souvent les termes vulgaires et dégradant viennent s’accoler à ses professionnelles. Perso j’ai toujours plutôt tendance à les considérer comme un forme d’assistantes sociales. Après tout elles offrent de soigner la solitude d’une soirée, c’est déjà bien, et croyez vous vraiment qu’une assistante sociale BCBG s’investisse émotionnellement dans son travail? Croyez vous vraiment que trop souvent elle ne pense pas « mais putain quel gros boulet, vivement qu’il se barre avec ses jérémiades »? et pourtant elles aussi font leur boulot… Là différence c’est que dans le cas de nos demoiselles, ici elles s’investissent corps sinon âme, cela mérite juste rétribution.

    Merci pour ton site :)

  25. Sam

    Sawadee,

    Bon c’est vrai qu’elles sont super fortes en mensonges, ça passe comme une lettre à la poste sans sourciller et parfois plus c’est gros plus ça passe surtout quand on est à l’autre bout du monde et qu’elles commencent à essayer de vous attendrir pour vous soutirer plus de tunes easily…ça a marché une fois avec moi et j’ai bien retenu la leçon.

    C’était la plus bonne de mon séjour, un beau canon d’Issan, on avait passé une bonne soirée sur Jomtien et juste avant de baiser, je commence à discuter avec elle (c’est mon côté gentil ) et elle commence à me raconter sa life, comme quoi elle avait un petit business avec son mari, que ça marchait bien etc mais qu’un jour son frère qui fait parti de la police a eu une altercation avec son mari…grosse embrouille etc et que son frère a shooté son mari (ou peut être l’inverse, me souvient plus très bien) et que du coup elle devait faire le trottoir. Et comme un con je me suis laissé attendrir, j’avais complètement oublié ce que j’avais lu sur le site de notre ami Buttersly lol…. bon voilà on baise tranquilou etc

    Le lendemain elle me raccompagne à la gare routière, on est un peu en avance et on prends un café, là elle en remets une petite couche etc…bon au final je lui lâche 300/400 bath en plus etc….

    En fait elle m’avait un peu retourné avec ces histoires…

    La je repars fin octobre, cette fois ci je compte bien rigoler avec leur histoires.

    En discutant avec un retraité français, il m’a confirmé que les thai mentaient beaucoup, parfois pour soutirer de la tune mais aussi entre eux. Pour eux ce n’est pas forcement mal tant que l’autre n’en souffre pas (Bouddhisme…).

    Sam

  26. Hm

    Ouais d’accord avec tout, pour ma part j’en ai rencontré a l’inverse qui voulait me virer car j’m'attaché trop elle avait peur de me faire du mal au lieu de me manipulé hallucinant .. aprés elle voulait pas que je paye pour rester avec elle pour que je comprenne qu’elle m’aimait bien enfin a n’en rien comprendre en plus elle avait un mec qui savait rien de son taf de gogo en angletterre, elle aurait pus vider mon compte en banque bah nan comme quoi y’en a qui sont honnete ^^ aprés j’ai le meme age qu’elle chui jeune ca joue surement.. puis elle a vut que j’été pas un petit con je savais ce que je disais :) enfin voila j’ai préféré coupé les ponts car le doute reste trop present puis c’est un coup a devenir schizo ^^

  27. bounce

    Il y a aussi les mensonges des farangs , qui promettent monts et merveilles aux filles. Il y’en a qui sont plutôt facile à amadouer si on a pas 15 ans de plus qu’elles et qu’on est pas trop « moches ».
    Il y’a des mensonges des deux côtés, c’est donc normal d’être toujours méfiant.

    Je trouve aussi que les filles mythos et 100% intéressés, on les repère facilement. Faut juste ne pas être dupe. Mais en fouillant un peu , en questionnant et en recoupant ce qu’elles disent on arrive vite à la vérité.
    Et généralement, c’est les mauvaises expériences qui ressortent le plus sur le net.

    Dernier conseil, jamais baisser sa garde, et sa c’est aussi valable avec les filles françaises ;) .

  28. Patrick (Nancy)

    C’est bien connu. Partout c’est pareil. « Une femme c’est comme une allumette, elle s’enflamme pour toi et c’est un autre qui te la souffle. »
    En Thaïlande, apparemment c’est un feu permanent où chacun tente de souffler la nénette au précédent.
    Les mensonges sont partout. Il n’est pas aisé de reconnaitre ceux ci lorsqu’on a à faire avec de bonnes comédiennes… D’autre part, qu’il y ait mensonge ou pas, il y a un échange matériel qui se produit.

    Beaucoup posent des questions qu’ils s’imaginent être les « bonnes ».
    La réalité est plus simple. C’est en posant aux autres les bonnes réponses qu’ils se posent alors les bonnes questions. Et c’est ce que fait admirablement Sly ici sur son blog.

    D’un autre côté, ça coûte moins cher de s’offrir les services d’une professionnelle sur place que de dépenser autant pour aller « tirer un coup » aussi loin.
    Passer d’ agréables vacances? cela ne signifie pas s’envoyer en l’air. Cela signifie « se sentir bien là où l’on va ». Et comme partout, il y a toujours une personne à qui on plait et sans que ça coute un centime…

    S’attacher? Se détacher ou ne pas s’attacher? je dirais: être dans le « non-attachement »….
    Dire simplement merci et apprendre des leçons apportées.

    Au final, « personne n’est responsable de ton bonheur à part toi ».

  29. nathalie

    bravo Sly , très beau travail , qui relate bien la réalité .
    Pour les personnes qui vont en Th pour les filles , arrêté de croire qu elles aiment cela , elles n aiment pas plus cela que celle qui le fait en dessous de chez vous . Mais il faut vivre .
    Merci de ta sincérité Sly cela nous change des mensonges habituels .

  30. didou

    Oui c est vrai tout ce qui est dit . Je reviens de Thaïlande et les filles sont très fortes mais quand on est prévenu on se fait pas avoir n empêche que j ai eu un coup de coeur pour une fille de bar mais qui n a pas chercher à me plumer . Une fois rentrer en France on relativise

  31. julien

    Pour ma part, ça fait deux fois que je vais en Thaïlande, j’y retourne bientôt une troisième fois et y a un truc que j’aimerais comprendre. Parfois, certaines filles que je drague en boîte me demandent ouvertement du fric. Ca m’est déjà arrivé de payer car je la trouvais canon, point. Parfois, il y a une séduction assez traditionnelle et je me retrouve le lendemain matin à lui offrir le ptit dèj à l’hôtel sans qu’elle m’ait demandé quoique ce soit.
    Je n’arrive pas à bien cerner les limites, attendent-elles toutes de l’argent en retour du boum boum ou non ?
    Une anecdote par exemple : je sors avec une fille qui me plaisait beaucoup à Pattaya dans un bar de nuit tout à fait normal, pas un bar à gogo ou autre, je passe la nuit avec elle, le lendemain, on partait à Samui avec mes potes, je lui propose de venir avec nous si elle n’avait rien de prévu. La semaine se passe très bien, je lui ai tout payé même si c’est pas très cher ( 100€ d’avion, la bouffe, les soirées et elle a partagé mes chambres d’hôtel que j’aurais payé de toute façon ). De retour à Pattaya une semaine après, au moment des adieux, je lui dit que j’ai passé une semaine cool, que c’était sympa et que j’espère qu’elle a passé du bon temps sur les îles. La, elle pète un câble et me tape un scandale devant chez elle ( car j’avais squatté son appart deux jours, je m’étais dit, bon, ça s’arrêtera là mais c’est comme si c’était ma girlfriend des vacances, à quoi bon prendre une chambre d’hôtel ), scandale à base de : you boum boum me, gimme money, me sad, me give money to my parents etc etc bla bla habituel. Bref, j’étais assez surpris par sa réaction. Ai-je été ultra crédule ? Ai-je fait quelque chose de mal ? Etait-il évident culturellement que je devais lui donner de l’argent ? De mémoire, je crois qu’elle me demandait 5000 bahts, ce qui n’est vraiment pas grand chose, mais pour le principe je me suis cassé, je l’avais rincée toute la semaine à base de Koh Samui, Koh Tao etc C’était avec grand plaisir, je l’ai fait comme je l’aurais fait avec ma nana, mais suis-je dans le monde des bisounous ? Je suis pas un beaugosse, mais je ne pense pas être un Helmut non plus, on a eu de bons moments de franche rigolade, elle m’avait même demandé de m’ajouter sur facebook, chose que j’avais accepté tout en sachant que je ne la reverrai surement jamais de toute façon :D

  32. rigault

    des mecs comme sly y en a beaucoup en thayland

  33. Gilles

    Moi, cela fait douze and que je vis en Thailande. cela fait donc douze années que je me dis que finalement les femmes Thai (et en général d’ailleurs) sont toutes nos maitresses à nous les mecs…elles nous dominent comme elle veulent puisque nous les hommes, avouons le, excepté ceux qui l’admettent parcequ’ils l’ont constaté, le reste, soit 99% des mecs ont une bite a la place du cerveau, c’est la leur faiblesse et ce n’est pas spécial à la Thailande, Straus khann le confirmera…
    Ne nous plaignons donc pas, acceptons leur supériorité sur ce plan, et observons que les femmes thai sont particulierement experte et habile dans ce domaine puisque ni la religion judeo chretienne, ni l’éducation qui en découle, qu’elle soit familliale ou scolaire ne se sont opposé à cette mentalité depuis toujours.
    Ce qu’il faut savoir, c’est que 90% de la prostitution est d’origine thai coté homme, la mentalité est telle qu’une femme pendant ses regles accepte sans probleme que son mari ou copain aille voir ailleurs, que dans beaucoup de lycees et autres etablissement scolaires, les ladyboy ont de plus en plus souvent leur toilettes reservées etc etc. les funerailles pour eux n’ont rien à voir avec la tristesse qui accompagne nos enterrement, nous ne pouvons pas les juger, dans un sens ou dans l’autres car malgré leur traditions derriere lesquelles ils se cachent le plus souvent, y comprisla junte au pouvoir actuellement Leurs valeurs sont completement differentes des notre, En thailande, il n’y a pas de sentiment, il y a seulement de la fiereté, jusqu’au plus haut niveau, cela ne se discute pas, c’est la regle, Alors, jeunes gens qui venez ici pour des conquetes sérieuse au depart vous vous trompez de region. Si vous venez pour des plaisir charnels d’épanouissements personnels, avec un minimum de correction vous repartirez heureux et reviendrez souvent. mais acceptez le coté different de celles – ou ceux – qui vous l’ont procuré. N’oubliez jamais pour eux c’est « carpe diem » tous les jours meme les plus malheureux. pour nous c’est « si quelqu’un te frappe sur la joue droite tend lui aussi la joue gauche… » e videmment, on ne peut se comprendre et surtout se ressembler…

  34. Traveler

    J’ai les mêmes histoires d’Abidjan (Côte-d’Ivoire) actuellement, voici 5 ans que je vis avec une vietnamienne, mais elle a mon âge (50) et de très beaux restes. Vous voulez du hot, ben y’a les quartiers pour ça mais ne venez pas pleurer après. On ne sort qu’avec ce qu’on peut perdre. Par contre si vous voulez du sérieux, arrêtez de rêver et prenez le temps de séduire. Une asiatique amoureuse de vous et vous décrochez la lune. Rien à voir avec les européennes ou autres. Elles sont vraiment adorables et au petit soin, à vous d’être correct en retour. A Saigon (Bin Quoi) je ne croise pas beaucoup de blancs, c’est le quartier touristique des Viets. Le coin chaud est près de l’aéroport (coin des étrangers) ou presque tout est permis. Mais tous ces quartiers se valent dans toutes les capitales, à éviter sauf si vous êtes en mode crazy. Super blog, la réalité sans fard, bonne continuation et peut-être à 1 de C 4 le monde est si petit.

  35. david gonrad

    Franchement je me marre bien à te lire. Tu explique ce qui se passe dans les bar à putes comme si les putes allaient te dire la vérité. Non, vraiment, elle va te parler coeur à coeur et franchement. T’es en faite son amoureux.
    Ca en dit long sur ton contexte social, tu traine dans les bar a putes et tu les baisent meme pas…
    Nan mais le clandestin des bar a putes. En faite t’es un peu leur pute : t’es là pour leur tenir compagnie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge


Email
Print
WP Socializer Aakash Web